NOUVELLES
02/02/2018 10:25 EST | Actualisé 04/02/2018 23:28 EST

Super Bowl: des Eagles décomplexés prennent les commandes

Face aux champions en titres, les Eagles ont abordé cette 52eme édition de la finale du championnat de la ligue professionnelle de football américain NFL sans le moindre complexe.

Présentés comme challengers d'un Super Bowl promis aux New England Patriots, les Philadelphia Eagles ont pris dimanche les commandes de la rencontre en première mi-temps, conclue sur le score de 22-12, dans une finale à la tonalité offensive.

Face aux champions en titres, les Eagles ont abordé cette 52eme édition de la finale du championnat de la ligue professionnelle de football américain NFL sans le moindre complexe.

Le quart-arrière de Philadelphie, Nick Foles, a enchaîné les combinaisons, menant son équipe à l'ouverture du score dès la première phase offensive, un field goal pour 3 points.

Remplaçant, il a été titularisé en catastrophe mi-décembre après la grave blessure au genou du héros Carson Wentz et a surpris tout le monde depuis.

Après que les Patriots ont égalisé sur la phase suivante, les Eagles n'ont eu besoin que de trois actions pour porter le score à 9-3, sur une longue passe aérienne de 34 yards de Foles pour le receveur Alshon Jeffery.

En début de deuxième quart-temps, ils ont même marqué de nouveau après une course pleine de panache du running back LeGarrette Blount et augmenté leur avance à 12 points, à 15-3.

New England tentait de faire jeu égal, portée par le meilleur joueur de la saison, le quart-arrière Tom Brady, très à l'aise dans un contexte qu'il connaît par coeur, pour avoir déjà participé sept fois au Super Bowl.

Mais la défense des Eagles parvenait, sur les deux premières possessions offensives, à empêcher les Patriots de parcourir les derniers mètres jusqu'à l'en-but. Elle montrait encore par la suite pourquoi elle est considérée comme l'une des plus efficaces de la NFL.

Affichant une étonnante sérénité, Philadelphia marquait même à 34 secondes de la pause, sur une combinaison très osée, qui pourrait rester dans l'histoire.

Sur une quatrième tentative et un yard, le tight end Trey Burton, qui est normalement un receveur, recevait le ballon et effectuait une passe réceptionnée par... Nick Foles, dans l'en-but.

Galerie photo Super Bowl 2018 Voyez les images

Pas de politique

Rentré au vestiaire avec un retard de dix points (22-12), New England n'a jamais craint d'être mené au score. Sous la direction de Brady, les Patriots ont gagné à huit reprises en playoffs après avoir été menés durant le match.

L'an dernier, au Super Bowl, les Patriots avaient même effectué la plus belle remontée de l'histoire de la finale, après avoir été menés 28-3 dans le troisième quart-temps, pour l'emporter 34-28 en prolongation.

Le football américain a beau rester un sport largement cantonné à l'Amérique du Nord, il est toujours maître en son pays.

Malgré l'effritement des audiences, qui ont reculé de près de 10% lors de la saison régulière, malgré l'inquiétude croissante sur les risques sanitaires que présente à long terme la pratique de ce sport, plus de 110 millions de personnes sont attendues devant leur téléviseur dimanche.

A Minneapolis, ils sont 73 000 à s'être massés dans l'US Bank Stadium, où a lieu la finale, et à profiter du toit et du chauffage, la température extérieure étant annoncée à -16°C, un record.

Avant le début du match, beaucoup s'interrogeaient sur la possibilité d'un moment politique avant le coup d'envoi, scrutant les joueurs alors que la chanteuse Pink entonnait l'hymne national.

En début de saison, un peu partout en NFL, plusieurs joueurs avaient mis un genou à terre alors que l'hymne était joué, pour dénoncer la situation des minorités aux Etats-Unis.

Donald Trump avait alors appelé publiquement les propriétaires d'équipes à les licencier. Cette réaction avait incité des dizaines de joueurs à mettre, à leur tour, le genou à terre.

La situation avait alors dégénéré, faisant la Une de l'actualité durant plusieurs semaines, avant que les manifestations durant l'hymne ne cessent progressivement.

Dimanche, quelques heures avant le début du Super Bowl, le président américain avait lancé un avertissement à peine voilé aux joueurs qui auraient songé à manifester lors de l'hymne national. "Nous nous tenons debout fièrement pour l'hymne national", avait-il écrit dans un message invitant à rendre hommages aux soldats américains.

Finalement, tous les joueurs étaient debout au moment fatidique, évitant soigneusement toute polémique.

​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​

Galerie photo Les publicités du Super Bowl 2018 Voyez les images