NOUVELLES
01/02/2018 07:17 EST

Yémen: le Conseil de transition du sud vise "l'indépendance"

Le "Conseil de transition du sud" du Yémen (STC), établi à Aden où de violents affrontements armés l'ont opposé au gouvernement, affirme ouvertement un objectif d'"indépendance" pour le sud du Yémen, selon un document du STC obtenu jeudi par l'AFP.

"La mission du Conseil de transition du sud est centrée sur la réalisation de l'aspiration du peuple d'Arabie Sud (Sud Yémen) pour recouvrer sa souveraineté et son indépendance et construire son Etat fédéral sur tous ses territoires", indique le préambule de ce texte, rédigé en janvier.

Selon le texte, le Conseil de transition du sud a pour objectifs :

"1) d'achever la libération de tous les territoires d'Arabie Sud (Sud Yémen) occupés et envahis par des forces (du Nord).

2) de coordonner tous les efforts pour reconstruire et activer l'Etat civil du Sud et administrer les territoires libérés.

3) de réaliser l'indépendance politique, administrative et financière par rapport à Sanaa (la capitale du Nord) et construire l'Etat indépendant civil et moderne du Sud.

4) de préserver les gains et les victoires réalisés par le Mouvement Sudiste Pacifique et la Résistance Populaire Sudiste (ndlr: des organisations séparatistes) pour atteindre la stabilité et la sécurité du Sud avec l'aide des forces de la coalition arabe (ndlr: coalition dominée par les Saoudiens et les Emiratis qui est intervenue militairement en 2015 contre les rebelles Houthis du nord, soutenus par l'Iran).

5) de combattre le terrorisme et l'extrémisme et protéger la sécurité et la stabilité de la région en partenariat avec les communautés régionale et internationale.

6) de renforcer la relation et le partenariat avec les Etats de la coalition arabe sous la direction du royaume d'Arabie saoudite et de l'Etat des Emirats arabes unis".

Toujours d'après ce document, la direction du STC compte 25 membres, dont trois femmes, sous la présidence du général Aidarous al-Zoubaidi.

Ce dernier a formé le STC en mai 2017 peu après avoir été limogé de son poste de gouverneur d'Aden par le président yéménite Abd Rabbo Mansour Hadi.

Aden était la capitale du Yémen du sud, Etat indépendant avant sa fusion avec le Nord en 1990.

Des forces séparatistes liées au STC ont pris le dessus cette semaine dans des combats contre les troupes gouvernementales, qui ont perdu la quasi-totalité de leurs positions à Aden.

ny/ras/bpe