NOUVELLES
01/02/2018 06:25 EST

Nord-est du Nigeria: au moins cinq bucherons tués par Boko Haram

Les combattants de Boko Haram ont tué au moins cinq coupeurs de bois dans le nord-est du Nigeria, selon des sources sécuritaires, faisant suite à une série d'attaques perpétrées contre des bûcherons, accusés par le groupe jihadiste d'être des espions.

Mardi, neuf hommes armés ont attaqué un groupe de 28 coupeurs de bois dans le village d'Ajeri, dans la périphérie de Dikwa, dans l'Etat du Borno, a rapporté à l'AFP Ibrahim Liman, un commandant des milices civiles qui combat aux côtés de l'armée nigériane.

"Ils sont arrivés sur des motos et ont tiré sur les hommes, tuant au moins cinq bûcherons", a-t-il expliqué, soulignant que cinq personnes avaient également été blessées.

Des soldats, qui effectuaient une patrouille dans les environs, sont arrivés sur les lieux pour évacuer les corps et les blessés, a ajouté Babakura Kolo, un autre membre des milices.

Les coupeurs de bois, qui doivent parcourir plusieurs km en dehors des villages plus sécurisés, sont régulièrement accusés par le groupe jihadiste de transmettre des informations à l'armée et aux milices. Près d'une centaine d'entre eux ont été tués ou ont disparu au cours des deux derniers mois.

Par ailleurs, un attentat suicide a fait quatre morts mercredi soir dans un camp pour personnes déplacées dans la ville de Maiduguri, la capitale de l'Etat du Borno.

Le kamikaze a escaladé la clôture du camp de Dalori et a fait exploser sa bombe parmi les personnes déplacées, a déclaré Garba Idris Garga, le chef de l'agence d'organisation des secours du Nigeria (NEMA) pour le nord-est du pays.

Trois autres kamikazes se sont fait exploser le même soir, un dans le camp de Dalori, et deux autres près de la ville de Konduga, à 36 km de Maiduguri.

L'insurrection de Boko Haram, qui dure depuis huit ans, et sa répression par l'armée, a fait au moins 20.000 morts et 2,6 millions de déplacés dans le nord-est du Nigeria.

La BBC a publié un rapport la semaine dernière recessant près de 1.000 personnes tuées dans 150 attaques au Nigeria, Cameroun et Niger au cours de l'année 2017.

abu/spb/jpc