NOUVELLES
01/02/2018 12:25 EST

Mondial-2026 - Le Maroc espère le soutien des pays africains, la Fifa vigilante

Le Maroc, candidat au Mondial-2026, espère obtenir le soutien des fédérations africaines vendredi à Casablanca lors de l'Assemblée générale de la CAF, sous l'oeil vigilant de la Fifa qui appelle au respect des "règles" de la procédure.

La question de la candidature marocaine a été discutée jeudi par le comité exécutif de la CAF et sera abordée vendredi lors de la 40e assemblée générale de l'instance, selon les informations obtenues par l'AFP en marge de ces réunions. Le Maroc fait face à la candidature commune des Etats-Unis, du Mexique et du Canada.

Le président de la CAF, Ahmad Ahmad, a déjà appelé les fédérations africaines à un "soutien franc et massif" en faveur du royaume. Et la CAF prendra "sûrement" position en faveur du Maroc vendredi, a-t-il dit à l'AFP dans la soirée de jeudi.

Une récente circulaire adressée par la Fifa aux 211 représentants des fédérations membres qui voteront le 13 juin pour désigner le pays-hôte de la Coupe du Monde complique cependant les débats. Cette circulaire, dont l'AFP a eu copie, appelle les futurs votants "à se retenir de faire des déclarations écrites ou orales, (...) à propos des candidats" et à ne pas "donner leur impression personnelle sur les mérites de l'un ou de l'autre".

"Personne n'est au dessus du congrès, c'est le congrès de la CAF qui décide de tout", a commenté sèchement M. Ahmad en réponse une question sur cette directive.

Le président de la Fifa Gianni Infantino qui doit assister vendredi à l'assemblée de la CAF a pour sa part rappelé jeudi soir que "les règles sont très claires".

"Et l'obligation de la Fifa, c'est que ces règles soient respectée du début à la fin", jusqu'au vote prévu en Russie le 13 juin, a-t-il dit à l'AFP après un entretien avec le président de la CAF dans un hôtel de Casablanca.

Interrogé sur sa récente prise de position sur la candidature USA-Mexique-Canada qu'il avait jugée "positive", M. Infantino a affirmé qu'il avait à l'époque "répondu à une question". "J'apprécie aussi la candidature marocaine de la même façon", a-t-il assuré.

La note de directive de la Fifa en date du 26 janvier multiplie les consignes pour une procédure "éthique, transparente, objective et non biaisée" et appelle les votants à "rejeter toute tentative d'influence" et à ne pas accepter de "cadeaux" ni de "soutien sous forme de programme de développement". Le Maroc a développé plusieurs programmes de coopération footballistique avec ses voisins africains, en phase avec sa stratégie diplomatique d'intégration au sein de l'Union Africaine.

Interrogé à ce sujet par l'AFP, le président de la fédération marocaine Fouzi Lakjaa s'est refusé à tout commentaire jeudi soir.

Autre sujet de discussion à Casablanca, la candidature controversée du Centrafricain Patrice Edouard Ngaissona au comité exécutif de la CAF fera l'objet d'un vote vendredi. Le président de la fédération centrafricaine de football est coordinateur général des milices anti-balaka, parties prenantes de la crise sans précédent qui a secoué la Centrafrique entre 2013 et 2015 et accusées de graves exactions.

Il n'avait pu participer à la présidentielle de 2015 dans son pays, du fait des soupçons sur son rôle durant cette période. M. Ngaissona se présente face au Gabonais Pierre Alain Mounguengui pour un des quatre sièges à pourvoir au sein de l'instance dirigeante de la CAF.

sof/syd