NOUVELLES
01/02/2018 12:06 EST

Maldives: la Cour suprême ordonne la libération des prisonniers politiques

La Cour suprême des Maldives a ordonné jeudi la libération de tous les prisonniers politiques de haut rang, dont l'ancien président Mohamed Nasheed, condamné à 13 ans de prison pour terrorisme.

Selon une ordonnance publiée par le plus haut tribunal du pays, M. Nasheed, qui s'est exilé à Londres en 2016 après avoir fui les Maldives à la faveur d'une permission médicale, a été disculpé des charges de terrorisme.

Cette décision surprise laisse la voie libre à Mohamed Nasheed pour retourner dans sa patrie et se présenter à la prochaine élection face au président Abdulla Yameen.

Dans son ordonnance, que l'AFP a pu consulter, la Cour suprême a indiqué que "la nature contestable et politiquement motivée des procès des leaders politiques justifie un nouveau procès".

La Cour a ordonné aux autorités de "relâcher immédiatement les leaders emprisonnés jusqu'à ce qu'une cour de justice en juge autrement".

Plut tôt dans la semaine, des représentants de l'opposition avaient adressé une requête à la Cour suprême pour destituer le président Yameen et réclamer une enquête concernant des accusations de corruption à son encontre.

Des représentants de l'opposition dont M. Nasheed et cinq autres dissidents mentionnés dans l'ordonnance de libération de jeudi se sont alliés contre le président Yameen. Ils l'accusent des faits de "corruption inégalée, avec enrichissement injuste par l'appropriation de biens et fonds nationaux pour son profit personnel, celui de sa famille et de ses associés politiques", selon le principal groupe d'opposition.

Presque toutes les principaux leaders de l'opposition et un certain nombre de dissidents du parti au pouvoir ont été emprisonnés ou se sont exilés ces dernières années sous la présidence de M. Yameen.

Depuis son arrivée au pouvoir en 2013, après une élection controversée qui l'opposait à Mohamed Nasheed, le président Yameen mène une intense répression contre les dissidents politiques de cet archipel de quelque 340.000 habitants à majorité musulmane.

Premier président démocratiquement élu des Maldives en 2008, M. Nasheed avait été emprisonné en 2015. Il dirige le principal parti d'opposition - le parti démocratique maldivien - depuis Londres où il a demandé l'asile politique en 2016 et mène également la coalition d'opposition.

L'an dernier il a annoncé son intention de revenir aux Maldives et de se présenter à l'élection présidentielle qui doit se dérouler avant la fin de l'année.

aj/cc/kaf/awa