POLITIQUE
01/02/2018 13:21 EST | Actualisé 01/02/2018 15:03 EST

Le NPD suspend Erin Weir, visé par des allégations d'harcèlement

Il est visé par des allégations d'harcèlement envers des employées du parti.

La Presse canadienne/Adrian Wyld

Le Nouveau Parti démocratique suspend temporairement de ses fonctions Erin Weir, député de Regina-Lewvan, en Saskatchewan, visé par des allégations de harcèlement envers des employées de son parti.

"Il s'agit d'une allégation troublante que je prends très au sérieux", a affirmé le chef du NPD, Jagmeet Singh, lors d'un point de presse dans le foyer de la Chambre des communes.

Cette décision a été prise jeudi sur la base d'un courriel envoyé par un ou une député(e) une journée plus tôt. Cette personne s'inquiétait du comportement harcelant de la part de M. Weir, mais il n'est pas clair si elle en a été témoin. Aucune victime ne se serait manifestée pour l'instant et rien n'indique que le harcèlement serait de nature sexuelle.

"À ce moment, on n'a pas une survivante ou un survivant pour vraiment mettre en oeuvre notre processus, a reconnu M. Singh. Donc, à ce moment je veux être clair que je prends ces allégations au sérieux et je veux vraiment montrer notre engagement de créer un milieu (de travail) sécuritaire."

M. Singh a annoncé qu'une enquête indépendante avait été demandée pour se pencher sur ces allégations. Pendant le déroulement de l'enquête, M. Weir demeurera membre du caucus néo-démocrate, mais il ne sera plus porte-parole de son parti en matière de services publics et d'approvisionnement.

Dans une déclaration envoyée aux médias, Erin Weir dément formellement ces allégations. "Je peux affirmer avec certitude que je n'ai harcelé personne et j'accueille favorablement une enquête rapidement pour m'innocenter", a-t-il écrit en précisant qu'il ne savait pas exactement ce qu'on lui reprochait.

M. Weir, âgé de 35 ans, a été élu pour la première fois aux Communes en 2015. Il avait été auparavant économiste auprès du Syndicat des Métallos.

​​​​​​​​​​​​​​

Galerie photoDes dossiers politiques à surveiller en 2018 Voyez les images