NOUVELLES
01/02/2018 07:25 EST

L'Agence française de développement va financer un projet lié à une centrale à charbon en Chine

L'Agence française de développement va financer un projet, controversé en France, lié à une centrale à charbon de 660 mégawatts du Nord-Ouest de la Chine, a-t-elle annoncé jeudi dans un communiqué.

Le conseil d'administration de l'agence d'aide publique au développement a approuvé jeudi "le financement d'un projet d'amélioration de l'efficacité énergétique du réseau de chauffage urbain de la ville de Shihezi", au Xinjiang, une région instable où vivent notamment les Ouïghours, ethnie composée principalement de musulmans turcophones, et où Pékin impose une sécurité draconienne.

"Ce projet permettra, par l'utilisation de chaleur perdue et la modernisation des réseaux de distribution, d'économiser 62.000 tonnes de CO2 par an, soit l'équivalent des émissions annuelles de plus de 30.000 voitures, en plein accord avec le mandat de l'AFD d'accompagner le gouvernement chinois dans sa lutte contre le changement climatique", a expliqué l'agence, à l'issue de son conseil où le débat a été "nourri" de son propre aveu.

En décembre, le site d'information Mediapart, qui avait révélé ce dossier le mois précédent, avait fait état de divergences au sein de l'AFD, dont le service d'expertise juridique considérait qu'il existait "un risque réputationnel potentiel" à soutenir ce projet.

"Financer un projet économique au Xinjiang n'est pas politiquement neutre", avait aussi souligné le directeur pour l'Asie orientale d'Amnesty International Nicholas Bequelin cité par Mediapart.

Les mouvements impliqués dans la défense de l'environnement 350.org et Greenpeace ont également pris position contre. Dans un tweet jeudi, 350 France avait espéré que "l'AFD n'aille pas à contre-sens de ses engagements et de l'Histoire", Greenpeace Paris estimant un tel financement "contraire aux objectifs #AccorddeParis" sur le climat.

De son côté, l'AFD insiste sur le fait que le prêt ne vise "pas à financer le développement d'une centrale à charbon" mais bien "la récupération de chaleur perdue d'une centrale de cogénération", et que cela permettrait "de fermer plusieurs centrales à charbon polluantes et peu performantes, dans une région très éprouvée".

"Le projet n'a aucun impact sur les minorités ethniques et n'induit aucun déplacement physique de populations. L'AFD sera particulièrement vigilante au respect des normes internationales environnementales et sociales", a ajouté jeudi l'organe public d'aide au développement.

L'AFD est présente en Chine depuis 2004 "pour développer des actions de coopération en matière de développement durable et de lutte contre le changement climatique", soit, à ce jour, une trentaine de projets représentant un montant d'engagements cumulés de plus de 1,2 milliard d'euros.

jg/mw/cn