NOUVELLES
01/02/2018 13:55 EST

Dopage: l'avocat de Rodchenkov espère un appel du CIO

L'avocat de l'ex-directeur du laboratoire antidopage russe Grigory Rodchenkov, "sidéré" par l'annulation des sanctions contre une majorité de sportifs russes accusés de dopage, a émis jeudi l'espoir que le Comité international olympique fasse appel de cette décision.

"On va voir si le CIO fait appel, j'espère vraiment qu'ils tiendront cet engagement", a déclaré Jim Walden dans un entretien téléphonique.

"L'AMA se doit d'être troublée, le monde entier se doit d'être troublé par un système qui ne marche pas pour les athlètes propres", a souligné l'avocat, après que l'Agence mondiale antidopage s'est dite "profondément préoccupée" par la décision du Tribunal arbitral du sport (TAS).

Jim Walden, qui avait estimé dès l'annonce de la décision qu'elle ne ferait qu'"encourager les tricheurs", a par ailleurs critiqué la façon dont se sont déroulées les audiences qui ont précédé cette décision.

"Toute la procédure a été extrêmement précipitée, a-t-il estimé. Il y a eu très peu de questions sur les cas individuels d'athlètes."

Pour lui, M. Rodchenkov, 59 ans, qui vit depuis 2016 caché aux Etats-Unis après avoir révélé en 2015 l'ampleur du système de dopage russe, peut néanmoins avoir "la conscience tranquille".

"Il sait qu'en participant à ce système (de dopage institutionnalisé), il a causé du tort à beaucoup d'athlètes propres, et il ressent un authentique remords. Sa pénitence a été de dire la vérité, ce qu'il a fait de façon crédible et courageuse. Il peut maintenant se regarder dans la glace en sachant qu'il a fait ce qu'il a pu pour que la vérité soit révélée".

Le CIO avait sanctionné fin 2017 43 sportifs russes, en les suspendant à vie des JO et en les privant des médailles obtenues aux JO-2014 à Sotchi, pour avoir bénéficié du système de dopage institutionnalisé mis au jour en Russie entre 2011 et 2015.

Mais après avoir entendu 39 de ces sportifs, le TAS a estimé jeudi que les preuves apportées par le CIO pour 28 d'entre eux "n'étaient pas suffisantes".

Il a annulé leurs sanctions et permis à la Russie de récupérer neuf des 13 médailles qui lui avaient été retirées, semant la confusion à huit jours des JO de Pyengchang.

cat/sk