NOUVELLES
01/02/2018 01:05 EST

Birmanie: pas de libération sous caution pour les deux journalistes de Reuters

La justice birmane a rejeté jeudi la demande de libération sous caution de deux journalistes de l'agence Reuters, inculpés pour atteinte au "secret d'Etat" après leur enquête sur la crise des Rohingyas.

L'ONU, les Etats-Unis et l'Union européenne, très inquiets des atteintes à la liberté de la presse malgré l'arrivée aux manettes d'un gouvernement civil dirigé par la prix Nobel de la paix Aung San Suu Kyi, ont à plusieurs reprises déjà demandé leur libération sans condition.

"Le tribunal a décidé de refuser leur remise en liberté sous caution", a déclaré le juge après plusieurs heures d'audience.

Wa Lone, 31 ans, et Kyaw Soe Oo, 27 ans, sont accusés par la police de détenir des documents relatifs aux opérations des forces de sécurité dans l'ouest du pays, en Etat Rakhine.

Près de 690.000 musulmans rohingyas vivant dans l'ouest du pays se sont réfugiés au Bangladesh voisin depuis fin août pour fuir une opération de l'armée birmane, qualifiée de campagne d'"épuration ethnique" par les Nations unies.

La semaine dernière, le diplomate américain Bill Richardson, ancien proche d'Aung San Suu Kyi, a démissionné avec fracas d'une commission consultative sur la situation dans l'ouest du pays notamment après une "réponse furieuse" d'Aung San Suu Kyi à ses appels à la libération de deux journalistes birmans.

Depuis la dissolution de la junte militaire en 2011, la Birmanie a vu se développer des médias indépendants, mais certaines lois continuent à menacer la liberté de la presse.

Et si le pays a aboli en 2012 la censure, les journalistes birmans estiment que l'autocensure reste forte notamment quand il s'agit de questions relatives à l'armée ou à la religion, dans ce pays marqué par un fort nationalisme bouddhiste.

La Birmanie demeure à la 131e place sur 180 pays dans le classement mondial de la liberté de la presse 2017 de Reporters sans frontières. L'an passé, au moins 11 journalistes ont été arrêtés en raison de leur travail.

zz-rs/tib/roc