NOUVELLES
25/01/2018 00:17 EST

Le Japon inaugure un musée sur des îles disputées, Séoul exige sa fermeture

Le Japon a inauguré jeudi à Tokyo un musée consacré à des îles disputées avec la Chine et la Corée du Sud, une démarche aussitôt condamnée par Séoul qui a réclamé sa fermeture.

L'établissement, géré par le gouvernement nippon, présente des documents et photographes appuyant les revendications territoriales du Japon.

"Nous espérons que cet établissement aidera à mieux comprendre les îles Takeshima et Senkaku", a déclaré Tetsuma Esaki, ministre en charge des questions territoriales, selon des propos rapportés par les médias locaux.

Les territoires revendiqués par Tokyo sous le nom Takeshima sont contrôlés par la Corée du Sud sous l'appellation Dokdo, et se trouvent à mi-chemin entre les deux pays.

La réaction du gouvernement sud-coréen n'a pas tardé: il a "fermement protesté" contre l'ouverture de ce lieu destiné selon lui à défendre "des revendications injustifiées".

"Nous exigeons sa fermeture immédiate", a insisté le ministère des Affaires étrangères. "Le gouvernement japonais doit cesser ses tentatives sans espoir de revendiquer Dokdo, qui est historiquement, géographiquement et selon les lois internationales une partie intégrante de notre pays".

Quant aux îlots contrôlés par le Japon sous le nom de Senkaku, ils sont revendiqués par la Chine qui les appelle Diaoyu. Situés en mer de Chine orientale, ils sont au coeur d'un différend de longue date entre Tokyo et Pékin et le théâtre de fréquents face-à-face entre les garde-côtes japonais et chinois.

Les relations bilatérales entre les deux puissances asiatiques s'étaient nettement dégradées en 2012 lorsque Tokyo avait "nationalisé" certaines de ces îles. Elles se sont depuis améliorées mais des tensions demeurent.

nf-slb-anb/cr