NOUVELLES
25/01/2018 09:23 EST

L'Otan prend très "au sérieux" les ingérences russes y compris en Catalogne

L'Otan prend "très au sérieux" les tentatives russes de s'ingérer dans les scrutins à l'étranger, y compris en Espagne pendant la crise catalane, a déclaré jeudi à Madrid son secrétaire général, Jens Stoltenberg.

"Nous avons vu une augmentation significative des tentatives de s'ingérer dans des crises politiques intérieures. Elles ont augmenté en volume et en complexité", a déclaré M. Stoltenberg à la presse après des entretiens avec le chef du gouvernement espagnol Mariano Rajoy et la ministre de la Défense Maria Dolores de Cospedal.

"Nous avons discuté des rapports que nous avons vus sur les tentatives de la Russie d'intervenir dans beaucoup de pays, y compris en Catalogne", a-t-il poursuivi. "Tout ingérence de l'étranger est inacceptable. Nous les prenons très au sérieux c'est pourquoi l'Otan a renforcé ses cyberdéfenses".

Le gouvernement espagnol a dénoncé en novembre une campagne de "désinformation" sur la crise déclenchée par la tentative des partis l'indépendantiste catalans pour faire sécession de l'Espagne, avec des messages sur les réseaux sociaux en provenance surtout du territoire russe mais aussi du Venezuela.

Madrid s'était gardé de mettre directement en cause Moscou. Mais un rapport publié ce mois-ci par l'Institut espagnol d'études de défense, un groupe de réflexion du ministère de la Défense, affirme que "le Kremlin met à profit le défi catalan pour déstabiliser (un membre de l'Otan), suivant une politique destinée à créer la confusion sur les réseaux sociaux".

"Moscou cherche à fomenter la discorde en Catalogne", assurent les auteurs du rapport qui préviennent que la "même stratégie pourrait être reproduite à l'avenir dans d'autres Etats européens".

Moscou avait qualifié en novembre de "sans fondement" les soupçons de l'Espagne, faisant le parallèle avec "l'hystérie" aux Etats-Unis, où des enquêtes sont en cours sur les soupçons d'ingérence russe dans la campagne pour l'élection présidentielle de 2016.

M. Stoltenberg s'est félicité de l'annonce la veille par le gouvernement espagnol d'une augmentation de 73% des dépenses militaires d'ici à 2024, même si Madrid restera encore loin de l'objectif de 2% du PIB fixé par l'Alliance atlantique.

"Je les encourage à continuer dans cette voie", a-t-il dit.

du/pmr/bds