NOUVELLES
25/01/2018 07:51 EST

JO-2014/Appel des Russes devant le TAS: au tour des hockeyeuses et des lugeurs

L'audience du Tribunal arbitral du sport qui examine les appels de 39 Russes suspendus à vie par le Comité international olympique s'est poursuivie jeudi avec la présence des hockeyeuses et des lugeurs

L'audience, qui s'est ouverte lundi à Genève, a concerné jeudi "des hockeyeuses et des lugeurs avant la venue vendredi des skieurs de fond", selon une source proche du dossier.

Depuis lundi, le TAS a entendu des sportifs issus "du patinage de vitesse, de la luge, du skeleton et du hockey sur glace", a ajouté le tribunal dans un communiqué.

Sur les 42 sportifs russes présents aux JO de Sotchi-2014, disqualifiés et suspendus à vie par le CIO pour avoir profité d'un système de dopage d'Etat, huit hockeyeuses et deux lugeurs ont fait appel.

Les deux lugeurs sont Tatyana Ivanova, médaillée d'argent par équipes à Sotchi, et Albert Demchenko, également en argent en luge monoplace.

Au cours des deux prochains jours, le TAS entendra le reste des sportifs, à savoir "les fondeurs et les bobeurs", a précisé le tribunal qui siège à Lausanne mais qui devant le grand nombre de sportifs à entendre s'est délocalisé à Genève.

Le TAS confirme également que l'audience devrait se terminer "samedi après-midi" et que les décisions seront rendues "entre le 30 janvier et le 2 février".

La première journée d'audience, lundi, a été marquée par le témoignage durant quatre heures, à distance, du lanceur d'alerte russe Grigory Rodchenkov, réfugié aux Etats-Unis.

Rodchenkov, dont les révélations avaient mis au jour l'ampleur du système étatique de dopage, s'est réfugié aux Etats-Unis en 2016, disant craindre pour sa vie après les morts brutales et rapprochées de deux responsables de l'agence russe antidopage (RUSADA).

Mercredi, c'est le juriste canadien Richard McLaren, auteur d'un rapport pour l'Agence mondiale antidopage (AMA) sur ce système de dopage en Russie, qui a apporté son témoignage.

Les révélations sur le système de dopage d'Etat ont été à l'origine de la suspension de la Russie, par le CIO, des prochains Jeux d'hiver. Seuls des sportifs russes "propres", sélectionnés par une commission du CIO, seront autorisés à y participer sous drapeau neutre.

ebe/dhe