NOUVELLES
25/01/2018 05:19 EST

Irak: Interpol remet pour la première fois à Bagdad un ministre corrompu

Un ancien ministre irakien condamné pour corruption a été remis jeudi aux autorités de Bagdad par Interpol, une opération sans précédent dans le pays, a indiqué une source gouvernementale à l'AFP.

"L'ancien ministre du Commerce Abdel Falah al-Soudani a atterri à Bagdad après avoir été remis par Interpol" aux autorités, a indiqué ce responsable. "C'est la première fois qu'Interpol accède à une demande gouvernementale de ce niveau", a-t-il ajouté.

Agé de 70 ans et possédant également la nationalité britannique car il a étudié au Royaume-Uni, M. Soudani a été ministre du Commerce de 2006 à 2009 après l'invasion conduite par les États-Unis qui avait renversé l'ancien dictateur Saddam Hussein en 2003.

Placé sur la liste des personnes recherchées par Interpol depuis juin 2014, il avait été arrêté à l'aéroport international de Beyrouth en septembre 2017.

En 2012, cet ancien ministre du parti chiite Daawa, celui de l'actuel chef de gouvernement Haider al-Abadi, avait été condamné par contumace à sept ans de prison pour des faits de corruption.

Le ministère du Commerce importe de nombreuses matières premières alimentaires, dont le thé et le sucre. Durant le mandat de M. Soudani, un scandale de cargaisons entières de thé frelaté importées avait éclaté. C'est notamment pour cela qu'il avait été condamné.

En 2009, il avait été arrêté alors qu'il tentait de fuir l'Irak après son limogeage et son inculpation. Il avait été libéré contre une caution de 43.000 dollars (34.000 euros) dans l'attente de son procès mais avait réussi à prendre la fuite.

Une loi d'amnistie lui permet toutefois d'éviter de purger sa peine de prison s'il rend la somme que la justice lui reproche d'avoir détournée.

M. Abadi a indiqué dans un communiqué avoir rencontré jeudi à Davos le secrétaire général d'Interpol Jürgen Stock, qui lui a assuré de "la coopération d'Interpol avec l'Irak" notamment pour les personnes recherchées pour terrorisme et pour corruption.

L'Irak est, selon les classements internationaux, le dixième pays le plus corrompu au monde.

La Commission pour l'intégrité publique, un organisme gouvernemental chargé de la lutte contre la corruption, s'est félicitée dans un communiqué que "ses efforts déployés depuis plusieurs années aient abouti à l'extradition" de l'ancien ministre.

Le dossier pénal avait été envoyé à Interpol et à la Grande-Bretagne, a-t-elle rappelé. Le ministre a été condamné par contumace dans huit procès notamment pour avoir importé des produits frelatés ou impropres à la consommation et avoir surévalué frauduleusement les prix, a-t-elle encore précisé.

ak/sbh/sk/iw