NOUVELLES
25/01/2018 08:47 EST

Hand/Euro-2018 - Duels entre amis en demi-finales

Deux oppositions entre équipes qui se connaissent par coeur sont au programme des demi-finales de l'Euro-2018 de handball vendredi: un duel latin France-Espagne (18h00/17h00 GMT) avant un derby scandinave Danemark-Suède (20h30/19h30 GMT).

En atteignant les demi-finales, les champions du monde français ont atteint leur objectif initial. Mais à la lumière de leur parcours sans-faute jusqu'à présent - six matches, six victoires - ils visent plus haut désormais.

"Aujourd'hui, ce serait vraiment dommage de se faire sortir en demi-finale alors qu'on est bien lancés", estime l'entraîneur des Bleus. "On s'est ouvert la porte aux médailles, maintenant, il faut essayer de gagner la plus belle."

L'avant-dernière marche avant "le Graal" passe donc par cette demi-finale face à l'Espagne, qui a alterné le bon et le moins bon depuis le début de l'Euro. Les hommes de Jordi Ribera ont connu déjà deux défaites en six matches, contre le Danemark (25-22) et la Slovénie (31-26). Mais ils restent sur une victoire convaincante face aux Allemands, tenants du titre (31-27) mercredi.

Et même s'ils les ont éliminés trois fois dans des grandes compétitions depuis 2012, les Français se méfient des finalistes malheureux de l'Euro-2016 qu'ils connaissent si bien.

"Ca va être un bon match, mais ça va pas être la fête, l'amitié. Ca va être la guerre", prévient l'ailier espagnol de Nantes David Balaguer.

Sur les seize joueurs espagnols, huit connaissent le championnat français. Côté français, quatre joueurs ont évolué ou évoluent actuellement en Espagne.

"Les Espagnols, c'est des coéquipiers, c'est des potes, on boit des coups ensemble", raconte Luc Abalo, ancien joueur de Ciudad Real. "Mais sur ce match-là, on va jouer notre vie et eux aussi. Donc on oublie qui on a devant nous", assure-t-il.

- Exploits et ratés -

Dans l'autre demi-finale, le Danemark et sa star Mikkel Hansen défient la Suède de Jesper Nielsen, dans une demi-finale imprévisible entre voisins.

"On veut gagner contre nos voisins, c'est normal, on les connaît bien", déclare Hansen. "Ils sont nos voisins, donc, ça va être sympa", répond Nielsen, son coéquipier du Paris SG.

Les champions olympiques danois arrivent dans le dernier carré en ayant parfaitement géré le tour principal et avec un capital confiance au top.

Mais on ne peut jamais savoir à quoi s'attendre avec ces Danois, qui alternent les exploits et les ratés.

Ainsi, cinq mois à peine après leur sacre olympique, ils étaient éliminés sèchement du Mondial en huitièmes de finale. Dans cet Euro, deux jours après avoir largement dominé la Hongrie au tour préliminaire, ils perdaient contre la République Tchèque d'un souffle.

Et pour affronter la Suède, une incertitude plane sur la présence de leur gardien Niklas Landin, dont la compagne pourrait donner naissance à leur enfant à tout moment.

"On aimerait qu'elle attende un petit peu pour qu'il reste ici avec nous, sourit Mikkel Hansen. Il est notre capitaine et à mon avis le meilleur gardien du monde. Il est difficile à remplacer."

En face, les Suédois, recordmans des victoires dans un championnat d'Europe (4), ont connu un parcours un peu chaotique.

Après avoir réalisé l'exploit de battre la Croatie, chez elle, au premier tour, ils ont ensuite perdu deux matches. Surtout, ils restent sur une défaite contre la Norvège mercredi (28-25).

"On a perdu deux fois, mais on sait de quoi on est capable, et je pense qu'on le montrera vendredi", affirme toutefois Nielsen.

dif/jcp