NOUVELLES
25/01/2018 12:24 EST

Condamné mais libre, Lula quitte le Brésil pour l'Ethiopie

L'ex-président Luíz Inacio Lula da Silva, dont la justice vient de confirmer la condamnation à une peine de prison, doit quitter le Brésil dans la nuit de jeudi à vendredi pour participer à une conférence en Ethiopie.

Lula doit prendre par à des débats organisés par la FAO (Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture) sur l'éradication de la faim et les politiques publiques en Afrique, continent sur lequel il s'est souvent rendu pendant ses deux mandats (2003-2010).

Une cour d'appel de Porto Alegre (sud) a confirmé mercredi qu'il était coupable de corruption passive et de blanchiment d'argent pour avoir accepté un triplex d'une entreprise de construction. Elle a également aggravé sa peine de prison d'un tiers, à 12 ans et un mois.

Mais Lula est resté libre, ses avocats s'apprêtant à déposer des recours devant la justice. La question d'un éventuel retrait de son passeport n'a pas été évoquée par la cour d'appel ni par le parquet, a dit à l'AFP un porte-parole de ce tribunal.

"Il n'y a pas d'empêchement légal à ce que l'ex-président Lula fasse un voyage à l'étranger. Nous avions déjà informé la justice de sa participation à cet événement de dirigeants internationaux avant le jugement", a déclaré à l'AFP l'un de ses avocats, Cristiano Zanin Martins, "Lula a le droit d'aller et venir".

Trois avocats ont toutefois déposé une demande de retrait du passeport de Lula, arguant qu'il pourrait demander l'asile politique dans un pays étranger. Celle-ci sera étudiée à une date indéfinie, a déclaré le porte-parole.

L'équipe de Lula a fait savoir qu'il rentrerait dès dimanche au Brésil.

"Ce n'est pas un voyage facile, ce sont 14 heures à l'aller, 14 heures au retour et 14 heures sur place", a souligné Lula jeudi à Sao Paulo à l'occasion du lancement de sa "pré-candidature" à la présidentielle à la tête de son Parti des Travailleurs (PT).

Le dirigeant de gauche doit participer à une conférence sur les moyens d'éradiquer la faim sur le continent africain d'ici à 2025 qui commence samedi soir à Addis-Abeba, en marge du 30e sommet de l'Union africaine.

La FAO, dirigée par le Brésilien José Graziano da Silva, un ex-ministre de Lula, a confirmé la présence de l'ancien chef de l'Etat. Lula, avec son institut, a été à l'origine du programme "Fome Zero en Afrique" (Faim zéro en Afrique).

pr-pt/bds