NOUVELLES
23/01/2018 23:26 EST

Thaïlande: le leader des manifestations de 2014 inculpé pour terrorisme

Le leader thaïlandais des manifestations antigouvernementales ayant mené au coup d'Etat en 2014 a été inculpé mercredi de trahison et terrorisme pour l'organisation de ce mouvement.

La foule avait paralysé Bangkok pendant des mois: 28 personnes avaient été tuées lors de ces émeutes qui avaient abouti au renversement du gouvernement élu de Yingluck Shinawatra.

Suthep Thaugsuban et huit autres politiciens démocrates - qui font partie d'un groupe proche des militaires - ont été accusés de "trahison, rassemblement illégal et incitation à la violence", a déclaré devant la presse le porte-parole adjoint du procureur, Prayut Petkhun.

Suthep et Chumpon Julsai, un ancien député démocrate, ont également été accusés de "terrorisme", a-t-il ajouté.

Vice-Premier ministre entre 2008 et 2010 et ennemi juré du clan Shinawatra, Suthep a pendant des mois harangué la foule et poussé les manifestants à bloquer la capitale jusqu'à la prise en main de l'armée.

Son inculpation, qui intervient quelques mois avant les premières élections depuis le coup d'Etat, pourrait mettre un terme à sa carrière politique.

Les militaires ont promis d'organiser un scrutin, fin 2018-début 2019, mais aucune date précise n'a encore été donnée.

Depuis sa prise du pouvoir, la junte ne cesse de repousser l'échéance et n'a pas encore levé l'interdiction de vie politique dans le pays.

Les analystes estiment que l'armée a l'intention de rester influente sur le plan politique.

Outre le verrouillage institutionnel mis en place par la nouvelle Constitution (le Parlement restera soumis au veto d'un Sénat entièrement nommé), la scène politique est désormais débarrassée de Thaksin Shinawatra et de sa soeur Yingluck: elle l'a rejoint fin août dans son exil, pour échapper à des poursuites largement dénoncées comme politiques.

Et des négociations seraient en cours pour la création d'un parti politique lié aux militaires.

bur-tib/lch