NOUVELLES
24/01/2018 07:39 EST

Russie: la Cour suprême annule l'expulsion d'un journaliste indépendant

La Cour suprême russe a annulé mercredi l'expulsion d'Ali Ferouz, journaliste au média indépendant Novaïa Gazeta, vers l'Ouzbékistan, où il affirme avoir été torturé, et ordonné un réexamen de l'affaire.

Arrêté en août par la police lors d'un contrôle d'identité, Ali Ferouz avait été condamné à être expulsé vers l'Ouzbékistan et avait tenté de s'automutiler lors de l'examen de son dossier par un tribunal moscovite.

Dans sa décision, la Cour suprême juge que les arguments de la défense n'ont pas été suffisamment pris en compte et que la justice n'a pas pris les mesures nécessaires pour un examen "objectif" du dossier.

Elle qualifie d'"infondée" son placement en centre de rétention pour une durée indéterminée et ordonne un nouveau jugement.

Amnesty International a salué dans un communiqué cette décision, disant "espérer qu'Ali sera libéré très bientôt et ne sera plus menacé d'expulsion vers un pays où il risque d'être torturé".

Militant en faveur des droits de l'homme, le journaliste craint d'être torturé en Ouzbékistan en raison de son homosexualité et de ses activités.

De nationalité ouzbèke, Ali Ferouz, de son vrai nom Khoudoberdi Nourmatov, est né en Russie où il a vécu jusqu'à ses 17 ans quand il est parti vivre en Ouzbékistan, selon Amnesty.

Le journaliste a quitté précipitamment le pays en 2009, après avoir été "détenu et torturé", selon Novaïa Gazeta.

Le journal affirme qu'Ali Ferouz a perdu son passeport ouzbek en 2012. Devant l'impossibilité de rentrer en Ouzbékistan sans prendre de risques pour sa vie, il n'a pas réussi à obtenir un nouveau passeport.

En 2014, il avait déposé une demande d'asile en Russie, qui lui a été refusée. Arrêté une première fois en mars 2017, il avait été relâché mais avait dû être hospitalisé à cause du "stress", selon Novaïa Gazeta.

gmo/pg