NOUVELLES
24/01/2018 05:37 EST

France/laits contaminés : le Parlement va enquêter sur Lactalis

Une commission d'enquête va être créée au Parlement français sur la contamination de produits laitiers du groupe Lactalis, qui a contraint le rappel à l'international de milliers de tonnes de marchandises, a-t-on appris mercredi de source officielle.

"La commission devra tirer au clair tous les dysfonctionnements au niveau de l'entreprise elle-même, de la grande distribution, de la surveillance administrative et de la communication du gouvernement", a expliqué Olivier Faure, chef de file des députés socialistes, à l'initiative de la décision.

"Il faut en tirer les leçons pour éviter que cela ne se reproduise", a souligné M. Faure.

Le géant français Lactalis a été contraint de rappeler en janvier l'ensemble de la production de lait infantile de son usine de Craon (ouest), distribuée dans 83 pays, après la découverte d'une contamination à la salmonelle. 37 bébés ont été touchés en France.

Lactalis a été accusé d'avoir manqué de transparence et tardé à réagir après la détection de salmonelle en août et novembre.

Le retrait de ses produits possiblement contaminés, effectué en plusieurs phases, s'est par ailleurs révélé incomplet, certains distributeurs ayant continué à vendre des produits pendant plusieurs semaines.

La justice a ouvert de son côté une enquête préliminaire pour "tromperie aggravée par le danger pour la santé humaine" et "inexécution d'une procédure de retrait ou de rappel d'un produit" préjudiciable à la santé.

Des perquisitions ont été réalisées au siège social de Lactalis et dans l'usine de Craon.

En théorie, une commission d'enquête parlementaire ne doit pas enquêter sur les mêmes faits qu'une enquête judiciaire.

"Mais notre enquête sera beaucoup plus large que la seule entreprise Lactalis. On parlera des moyens des services de la répression des fraude, de la réaction du ministère de la Santé qu'on a n'a pas beaucoup entendu pendant la crise, de l'attitude de la grande distribution, etc...", a expliqué à l'AFP le futur président de la Commission, le député Christian Hutin (gauche).

far/reb/mat/lv/mct