POLITIQUE
22/01/2018 09:31 EST | Actualisé 22/01/2018 09:32 EST

Paul St-Pierre Plamondon n'apprécie pas trop les analyses des chroniqueurs sur le Parti québécois

Les chroniqueurs sont «d'une prévisibilité désarmante», déplore-t-il.

LA PRESSE CANADIENNE

Après une semaine où le Parti québécois a essuyéplusieurs pertes, le péquiste Paul St-Pierre Plamondon a réagi à la situation cette fin de semaine sur Facebook.

Sa publication Facebook faisait suite à une entrevue qu'il a accordée sur les ondes de Radio-Canada à l'émission Désautels le dimanche. Il y précise certains reproches qu'il adresse aux chroniqueurs dans les différents médias. Pour lui, les chroniqueurs «prennent trop de place par rapport au journalisme et sont souvent déconnectés des faits». Rappelons que plusieurs ont évoqué dans les derniers jours le glissement du PQ où même annoncer sa mort à venir.

Or, «le narratif du bateau qui coule n'est soutenu par aucun fait», affirme-t-il après avoir souligné le caractère prévisible de plusieurs chroniqueurs.

«Les chroniqueurs ont des abonnés qui les suivent parce qu'ils sont d'accord avec leurs propos, fait-il valoir, ce qui rend la grande majorité des chroniqueurs d'une prévisibilité désarmante (on pourrait écrire la prochaine chronique de la grande majorité des chroniqueurs, qu'ils soient à Québecor, Radio-Canada ou Gesca) et qui les rend peut-être réfractaires à changer ou faire évoluer leur discours.»

Celui qui aspire à obtenir un poste de député aux prochaines élections avoue que les chiffres ne sont pas favorables à son parti actuellement, mais soutient que le PQ peut en profiter pour mettre de l'avant ses propositions et candidats.

Sa publication complète: