DIVERTISSEMENT
19/01/2018 15:28 EST | Actualisé 19/01/2018 15:43 EST

«1res fois» versus «Face au mur»: on décortique le premier duel

Maripier Morin remporte le premier round de la guerre des cotes d'écoute.

Facebook

Avez-vous jeté un œil à Twitter entre 19h30 et 21h, jeudi soir? Nos fils bourdonnaient de commentaires positifs sur 1res fois et Face au mur, les nouvelles émissions-canons de Radio-Canada et TVA, respectivement animées par Véronique Cloutier et Maripier Morin, et s'affrontant dans la même case-horaire. Deux destinations télé toutes fraiches qui figuraient certainement parmi les primeurs les plus attendues de la saison froide.

Les éloges étaient mérités, dans les deux cas. Face au mur est un jeu exaltant, amalgamant plusieurs éléments gagnants, tant des questions de connaissances générales qu'une importante dose de hasard et un réel suspense à savoir si le tableau deviendra rouge ou vert, et à deviner où tombera la foutue balle. On a peut-être étiré un peu la sauce en étalant le contenu sur 90 minutes, et on a forcé un brin la note sur la notion de complicité entre les participants, soulignée au crayon gras - signature propre à TVA dans plusieurs de leurs émissions -, mais les friands du Banquieret autres formules du genre y trouveront leur compte. Naturellement enthousiaste - sans trop en mettre - et très empathique, à ravir dans sa robe scintillante, Maripier Morin a accompli un très beau boulot à sa première incursion dans cet univers clinquant.

Dans le clan de Véronique Cloutier, on tient un succès de la lignée des Enfants de la télé, c'est évident. 1res fois a tout du parfait mélange de talk-show et de variétés, qui nous révèle des secrets sur nos artistes chouchous, qu'on aime tant voir rire et pleurer. Photos compromettantes et extraits sonores gênants seront à l'honneur dans le nouveau terrain de jeu de Véro, pour notre plus grand bonheur. Mises en scène savamment orchestrées pour mettre en relief des portions d'enfance et d'adolescence des vedettes ou pour leur permettre de vivre des moments uniques, émotion non feinte, confidences jamais entendues, réelle envie des personnalités d'être là, aucune exagération, et ce, à tous les égards : ce sont là plusieurs pistes qui feront sans doute beaucoup jaser – en bien! – autour de 1resfois. On salue le travail des recherchistes capables de mettre la main sur des souvenirs aussi précieux que la vidéo d'arrivée au Québec de bébé Pierre-Yves Lord au moment de son adoption ou de recréer le premier «party de sous-sol» d'Hélène Bourgeois-Leclerc, et on se réjouit au-delà des mots de retrouver une Véronique Cloutier en grande forme dans un cadre bien défini, qui lui sied à merveille, cette fois. Véro et ses collaborateurs peuvent dormir sur leurs deux oreilles, la difficile étape de Votre beau programme est bel et bien derrière eux.

Maintenant que tout le monde – ou presque – a pu se forger sa propre idée sur ces deux concepts dont on ne cesse de parler depuis quelques semaines, l'heure est au bilan, mais aussi au questionnement : que regardera-t-on, qu'enregistrera-t-on dans les prochaines semaines? Face au mur ou 1res fois? Et c'est sans compter L'amour est dans le pré qui a repris sa place à 21h, à V!

En attendant la suite de l'épique combat, voici notre analyse comparative en cinq points du premier duel Face au mur – 1res fois. On peut rattraper Face au mur sur le site de TVA et 1res fois sur Tou.tv.

Les cotes d'écoute

En termes de cotes d'écoute, le premier face-à-face entre Face au mur et 1res fois n'a pas été si serré. Les deux productions s'en sont toutes deux très bien tirées, particulièrement Face au mur, avec ses 1 355 000 téléspectateurs, contre 881 000 pour 1res fois. Ces données publiées par Numeris vendredi après-midi ne tiennent compte que de l'écoute en direct; les enregistrements et visionnements sur les plateformes complémentaires seront considérés un peu plus tard. N'empêche, on parle d'une réussite dans les deux cas, même si TVA bénéficie d'une longueur d'avance. Et tout pourrait changer dans les prochaines semaines.

Le concept

Face au mur - Face au mur est l'adaptation québécoise de The Wall, une compétition très populaire aux États-Unis. TVA Productions, Deux L Productions et Québecor contenu, qui sont derrière la relecture dévoilée jeudi, se sont assurés que leur proposition soit bien de chez nous, avec un mur entièrement construit au Québec – de 39 pieds de haut par 72 pieds de large -, un aspect humain plus développé et des joueurs auxquels on s'attachera véritablement. «On voulait vraiment s'approprier le concept, mettre notre couleur et notre saveur. La courbe émotive est tellement importante dans ce show-là, on ne voulait pas la négliger», a indiqué Maripier Morin. En ce qui a trait aux questions, elles vont de : «Selon Postes Canada, quel est le code postal du Père Noël?», à : «Lequel de ces célèbres Anglais est né en premier : le naturaliste Charles Darwin ou le poète dramatique William Shakespeare?». Aux dires de Maripier Morin, le mur «peut tout donner, mais peut aussi tout reprendre» : c'est un peu là le leitmotiv de Face au mur.

1ères fois – On doit la base de 1res fois au concepteur Pierre-Louis Laberge, qui est aussi l'âme de Deux hommes en or, Entrée principale et quantité d'émissions jeunesse. Dominique Chaloult, directrice générale de la télévision de Radio-Canada, lui a suggéré au printemps dernier d'en proposer les grandes lignes à Véro, qui s'est fait tirer l'oreille. «J'aime bien dire que j'ai agi avec lui, dans les premiers mois - il le sait et je m'en excuse – comme une fille qui vient de se séparer et qui trouve toujours «trop ci» ou «pas assez ça» les gars que tout le monde veut lui présenter. Je me sentais comme ça. Mais j'ai fait confiance à mon instinct. Je savais que c'était un concept qui marchait et je savais que j'allais finir par trouver mon plaisir là-dedans», a résumé la principale intéressée. Les enregistrements de 1res fois ont lieu au Studio 42 de Radio-Canada, là où Véronique Cloutier enregistre ses projets depuis 20 ans, dont La fureur, Les enfants de la télé et... Votre beau programme.

L'animatrice

Face au mur – «C'est un jeu qui me ressemble complètement, de A à Z, a déclaré Maripier Morin à propos de Face au mur. C'est toujours l'effet de surprise, et il y a tellement d'éléments qui se complètent pendant le jeu : le hasard, la réflexion, la stratégie. Et j'ai l'impression que, moi-même, dans ce que je suis, je crée souvent la surprise! (rires) Je suis à l'image de mon jeu. Aussi, le concept de The Wall est numéro un dans plusieurs pays, entre autres aux États-Unis. C'est un succès partout où le show passe. Je pense qu'on a mis l'énergie nécessaire pour en faire un succès ici aussi. L'équipe au complet a travaillé d'arrache-pied, et moi, j'ai fait mes devoirs. On espère que ça lèvera au Québec comme partout ailleurs sur la planète. Ce n'est pas nous qui décidons, ce sont les gens. Quant à la guerre des cotes d'écoute, j'ai le goût de dire qu'il y a deux belles offres le jeudi soir, mais moi, je suis particulièrement fière de ce qu'on offre.» «Dans Face au mur, on découvre en Maripier une animatrice qu'on ne connaissait pas, a vanté Nathalie Laberge, productrice au contenu. Je confirme que c'est quelqu'un qui a beaucoup de talent, une bosseuse, une travaillante. Je suis persuadée qu'elle va donner tout un show et toujours aller là où les gens ne l'attendent pas!»

1res fois – Le seul nom de Véronique Cloutier est, la plupart du temps, synonyme de succès, mais l'idole ne cache pas avoir dû rebâtir une certaine confiance après la déconfiture de Votre beau programme, l'an dernier. Ceci dit, 1res fois lui a permis de panser complètement ses plaies, «à 200 %», dit-elle, et elle est aujourd'hui capable de rire de l'ardue aventure que fut Votre beau programme. «Avec le temps, une équipe solide et un bon concept, avec un show qui marche. Il n'y a rien comme un gars fin pour te guérir d'un gars pas fin!», a-t-elle imagé, reprenant son analogie du cœur brisé.

Les invités / participants

1ères fois - L'équipe de 1res fois avait un peu gagné le gros lot avec des invités généreux comme Hélène Bourgeois-Leclerc et Pierre-Yves Lord pour sa première édition. En plus d'en donner beaucoup sur leurs propres archives déterrées et de ne ménager aucune réaction touchante ou rigolote, la comédienne et l'animateur ont beaucoup interagi entre eux et se sont mutuellement mis en valeur. Véronique Cloutier l'a répété à plusieurs reprises, un passage à 1res fois requiert lâcher-prise et humilité, mais quelles perles on y trouve, sans compter que ces petites bribes de passé révélées amplifiera le lien qui unit le public aux artistes. Dans les prochaines semaines, Ricardo, Pierre Hébert, Mariloup Wolfe, Christian Bégin, Julie Perreault, Rémi-Pierre Paquin, Marina Orsini et José Gaudet se prêteront à l'exercice, entre autres.

Face au mur - Aux États-Unis, le slogan de The Wall est «Good Things Happened to Good People» («Les bonnes choses arrivent aux bonnes personnes»). TVA a conservé la même ligne directrice pour Face au mur et mettra en vedette, chaque semaine, des «médaillés d'or des bonnes actions». C'est ainsi que, lors de la première, on a fait la connaissance d'un père et d'un fils, Lucien et David, de la Gaspésie; le premier est à l'origine du développement de plusieurs sentiers pédestres de sa région, alors que son garçon organise régulièrement des collectes de dons pour venir en aide aux gens dans le besoin et fait carrière comme clown et magicien sous le nom de Magic Man. Chez nos voisins du Sud, les tandems qui se frottent au fameux mur sont souvent des couples et, généralement, seulement l'un des deux membres du clan est «méritoire», tandis que l'autre personne n'est qu'accompagnatrice. Ici, les bonnes actions doivent être l'apanage des deux joueurs. «On a insisté, dans l'adaptation, pour dire que, oui, il y a une super connexion dans un couple, mais il y a aussi des gens qui peuvent être de la même famille ou de grands, grands amis, et c'est dans notre casting. C'était dans nos critères : on voulait des gens charismatiques et allumés, mais il fallait qu'on comprenne que les duos ont une connexion incroyable ensemble, et que ce ne sont pas juste des confrères de travail. L'un est dans la cabine, et l'autre sur le plateau. C'est ce qui fait la force du show, c'est que les participants se connaissent très bien. Ça sera comme ça dans les 10 épisodes», a laissé savoir Nathalie Laberge, productrice au contenu.

La case-horaire

Les journalistes avaient été invités à TVA pour découvrir l'impressionnant mur de Face au mur le 7 décembre dernier. La chaîne avait alors précisé que son nouveau jeu serait logé le mardi, à 19h, qu'il commencerait le 23 janvier et qu'il durerait 60 minutes. Une semaine plus tard, le 13 décembre, c'était au tour de Véronique Cloutier et Radio-Canada d'offrir une visite de plateau de leur grande nouveauté, 1res fois, qui, avait-on annoncé ce jour-là, occuperait la case-horaire du jeudi, à 20h.

Puis, mini coup de théâtre : pendant Ça commence bien l'année, l'émission spéciale qui lançait la programmation d'hiver de TVA, diffusée le 7 janvier, on a appris que Face au mur se déploierait finalement en format de 90 minutes et serait campé dans la plage de 19h30 à 21h... le jeudi.

Les observateurs du milieu de la télévision ont accueilli la décision avec un sourire en coin, déduisant que TVA voulait opposer une compétition forte à sa rivale Radio-Canada et empêcher la bien-aimée Véronique Cloutier de se sauver avec toutes les cotes d'écoute. Et qui de mieux qu'une des nouvelles reines du petit écran, Maripier Morin, pour neutraliser l'ennemie?

Or, TVA jure que c'est le choix d'étirer Face au mur à 90 minutes qui a justifié le changement de jour et d'heure de présentation dudit rendez-vous; le mardi, une telle longueur devenait impossible, en raison de la présence de deux séries très populaires, O' et L'Heure bleue, dans les créneaux de 20h et 21h.

«On s'est rendus compte que, pour bien connaître ces gens, nos duos d'exception, et vivre l'excitation du plateau, faire un montage en 60 minutes devenait particulièrement difficile. La production nous est arrivée avec la proposition de faire des [épisodes de] 90 minutes et, compte tenu de la qualité du contenu, on a trouvé que c'était une excellente idée. On ne pouvait pas diffuser ces 90 minutes le mardi, alors c'est pour ça qu'on a fait le changement d'horaire. En programmation, c'est important d'avoir ce genre d'agilité, d'être capable de mettre de l'avant les meilleurs contenus. Pour nous, Face au mur en 90 minutes, c'est une très belle surprise, et on est très heureux de cette proposition-là», a expliqué Suzane Landry, directrice programmation de TVA, en conférence de presse téléphonique, plus tôt cette semaine, ajoutant que c'est le 22 décembre que Nathalie Laberge, productrice au contenu, l'avait contactée pour l'informer que le matériel était suffisant pour faire de Face au mur des happenings d'une heure trente. La version américaine de Face au mur, The Wall, est de 60 minutes par épisode, mais le Québec n'est pas le seul endroit au monde à l'avoir revisité en portions de 90 minutes.

À voir également :