NOUVELLES
18/01/2018 07:53 EST | Actualisé 18/01/2018 07:54 EST

La famille de la jeune musulmane à Toronto présente ses excuses

Aucune accusation ne sera déposée contre l'enfant.

Khawlah Noman et sa mère, 12 janvier 2018
Chris Helgren / Reuters
Khawlah Noman et sa mère, 12 janvier 2018

La famille de la petite Torontoise de 11 ans qui avait faussement rapporté qu'un homme avait coupé son foulard islamique avec des ciseaux a présenté ses excuses pour la "douleur et la colère" qu'elle a causées.

Un communiqué tout d'abord publié par le quotidien Toronto Star affirme que cela a été une expérience "très douloureuse pour notre famille".

La famille remercie ensuite tous ceux qui l'ont appuyée en cette période difficile, puis elle offre ses "excuses sincères" à tous les Canadiens.

Le Service de police de Toronto a mené son enquête sur ce qui était considéré comme un crime haineux. La police de Toronto a indiqué lundi que l'histoire était non fondée.

La fillette prétendait avoir été attaquée à deux reprises, pendant qu'elle se rendait à l'école, par un homme qui avait coupé son hijab avec des ciseaux. L'affaire avait fait le tour du monde, et même les premiers ministres Justin Trudeau et Kathleen Wynne avaient condamné le geste.

Aucune accusation ne sera déposée contre l'enfant.

Un porte-parole de la police de Toronto a dit que de telles fausses allégations "sont très rares", et il a dit espérer que l'incident ne découragera pas les véritables victimes de se manifester.

Des organisations musulmanes canadiennes ont exprimé des préoccupations similaires, en disant craindre que la victime d'un crime haineux choisisse de se taire par crainte de ne pas être crue.