NOUVELLES
17/01/2018 03:29 EST

Thaïlande: le numéro deux de la junte rattrapé par sa passion des montres de luxe

Le numéro deux de la junte militaire au pouvoir en Thaïlande est sur la sellette depuis la révélation de sa passion de ses montres de luxe, pour un montant de plus d'un million d'euros qui n'apparaît pas à son patrimoine.

Tout a commencé par un internaute se présentant comme un "cyber enquêteur" qui a lancé sur Facebook en décembre dernier un recensement des montres du général Prawit Wongsuwan, ministre de la défense et vice-Premier ministre.

Sa page, "CSI LA", est devenue très populaire en Thaïlande grâce à cette affaire. Et mercredi, sa publication d'un "tableau de surveillance des montres de luxe du général Prawit" a suscité des milliers de commentaires et partages.

L'internaute fait le décompte des montres vues au poignet du général depuis 2014, pour un coût total de plus d'un million d'euros. Parmi les 25 montres de luxe identifiées, figurent onze Rolex et huit Patek Philippe.

Mardi, le général, qui ne dément pas l'existence de ces montres, est sorti de sa réserve, assurant qu'elles lui avaient été "prêtées par des amis", et qu'il les avaient rendues depuis.

La Commission anti-corruption (NACC) a sommé le général de s'expliquer sur sa possession de cette série de montres coûteuses, qui ne figurent pas à sa déclaration de patrimoine.

Si la commission estime "que je suis coupable, je quitterai mes fonctions", a assuré le général Prawit mardi.

Cette affaire tombe mal pour la junte, qui s'accroche au pouvoir depuis un coup d'Etat en mai 2014, mais a promis des élections pour fin 2018.

Médias traditionnels et politiciens civils de tous bords font leurs choux gras de l'affaire des montres de Prawit ces dernières semaines.

"C'est la première fois depuis que la junte a pris le pouvoir en 2014 que des groupes politiques de bords différents font front ensemble" sur un dossier, analyse Sirote Klampaiboon, commentateur politique sur une chaîne proche de l'opposition.

spk-dth/pg