NOUVELLES
17/01/2018 02:01 EST

Rohingyas: qui sont les nationalistes bouddhistes au coeur de la crise en Birmanie?

Nationalistes bouddhistes réunis en parti politique ou en groupe armé et mouvement nouvellement créé de musulmans rohingyas sont les principaux acteurs au coeur de l'histoire de haine entre bouddhistes et musulmans dans l'ouest de la Birmanie.

- Qui sont les nationalistes bouddhistes?

La paternité d'une manifestation de bouddhistes nationalistes ayant fait sept morts mardi dans l'ouest de la Birmanie n'est toujours pas claire.

Mais les manifestants reprenaient les slogans chers à l'Arakan National party (ANP), un parti local puissant, qui agite depuis des années la menace de l'influence musulmane grandissante sur ces terres largement bouddhistes.

L'ANP a la majorité au parlement local et a devancé au niveau régional la Ligue nationale pour la démocratie (NLD) de la Prix Nobel de la paix Aung San Suu Kyi lors des législatives de 2015.

L'autre grande organisation se battant pour l'identité bouddhiste de cette région à la frontière du Bangladesh où vivent de nombreux musulmans est l'Arakan army. L'influence de ce groupe armé rebelle ne cesse de grandir en Etat Rakhine (aussi dit Arakan) et les clashs se multiplient avec l'armée birmane.

Ils réclament comme l'ANP une plus grande autonomie pour cette région, l'Etat Rakhine, vis-à-vis du pouvoir central, et une défense de son identité bouddhiste mais aussi de sa spécificité "arakanaise", le groupe ethnique local prédominant.

Aucune de ces deux organisations n'a commenté les violences pour l'heure.

- Côté musulmans, qui est en première ligne?

L'armée du salut des Rohingyas de l'Arakan (ARSA) est un mouvement rebelle relativement nouveau, qui est monté en puissance depuis 2016 et les premières attaques d'envergure contre des postes de police birmans. Ils ont renouvelé l'assaut fin août, suscitant la répression de l'armée.

Ils se posent en défenseurs des droits bafoués de cette minorité, une des plus persécutées au monde.

Avant leur exode massif vers le Bangladesh en 2017 les Rohingyas étaient estimés à environ un million dans l'Etat Rakhine. Les bouddhistes arakanais sont deux millions, selon le dernier recensement.

- Quelle est la spécificité de cette région?

"Souveraineté pour l'Etat Rakhine", réclamaient les manifestants mardi à Mrauk U, ancienne capitale du royaume d'Arakan.

"C'est le coeur culturel et historique de la région... une zone où les revendications autonomistes, régionalistes sont fortes", commente Alexandra De Mersan, spécialiste de la région à l'Inalco.

C'est d'ailleurs la non-autorisation de marquer l'anniversaire de la chute du royaume d'Arakan qui a mis le feu aux poudres mardi.

A la fin du XVIIIe siècle, ce royaume déclinant de l'Arakan avait été conquis par les Birmans puis par les Britanniques après la première guerre anglo-birmane (1824-1826). Ces derniers avaient incité les paysans musulmans de l'actuel Bangladesh à s'y installer.

La question de la date d'arrivée des Rohingyas en Etat Rakhine divise cependant les historiens: certains font remonter la présence des Rohingyas en Birmanie à plusieurs siècles quand d'autres les considèrent comme des immigrés récents du Bangladesh voisin. Cette dernière opinion prévaut chez les Birmans.

bur-joe-dth/tib/ces