NOUVELLES
16/01/2018 22:18 EST

L'Arabie saoudite dit avoir détruit un missile tiré par les rebelles yéménites

L'Arabie saoudite, qui dirige une coalition en guerre au Yémen, a déclaré mercredi avoir intercepté un nouveau missile tiré par les rebelles yéménites Houthis en direction de son territoire.

Les Houthis, soutenus par l'Iran --rival de Ryad au Moyen-Orient--, ont affirmé qu'un missile balistique avait "touché sa cible" sur un aéroport de la région de Jizan, au sud de l'Arabie saoudite, dans une déclaration relayée par leur chaîne de télévision Al-Massira.

A Ryad, le porte-parole de la coalition sous commandement saoudien, le colonel Turki al-Maliki, a dit que les forces de défense aérienne du royaume avaient "intercepté et détruit" mardi soir un missile balistique tiré sur la ville de Jizan, proche de frontière yéménite.

Une nouvelle fois, le colonel Maliki a accusé l'Iran d'armer les Houthis "en violation claire et explicite" de résolutions des Nations unies.

Mercredi, ces rebelles ont assuré avoir tiré un second missile vers une base militaire de la région saoudienne de Najran, également frontalière du Yémen, affirmation qui n'a suscité aucun commentaire immédiat à Ryad.

Depuis novembre, les Houthis ont tiré plusieurs missiles balistiques vers l'Arabie saoudite, tous interceptés par les forces saoudiennes.

Le 4 novembre, un missile a été détruit près de l'aéroport international de Ryad, entraînant une mise en garde du puissant prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane selon lequel ce type d'attaque "pourrait constituer un acte de guerre" de la part de l'Iran.

La guerre au Yémen oppose des forces gouvernementales aux rebelles Houthis, issus de la minorité zaïdite (branche du chiisme), qui ont conquis de vastes territoires, dont la capitale Sanaa en septembre 2014.

En mars 2015, une alliance militaire s'est constituée sous l'impulsion de l'Arabie saoudite et est entrée en action au Yémen pour soutenir les forces gouvernementales.

Plus de 9.200 personnes ont été tuées et près de 53.000 blessées, dont de nombreux civils, depuis l'intervention de cette coalition, selon les derniers chiffres de l'Organisation mondiale de la Santé.

Un rapport d'experts de l'ONU auquel l'AFP a eu accès ce mois-ci a conclu que l'Iran avait violé l'embargo sur les armes des Nations unies au Yémen en laissant les Houthis s'approvisionner en drones et missiles balistiques tirés vers l'Arabie saoudite.

abh-ny/ras/hj