NOUVELLES
17/01/2018 06:52 EST

Journalistes turcs condamnés : Paris appelle au respect des "libertés fondamentales"

La France a une nouvelle fois appelé la Turquie, mercredi, à respecter les "libertés fondamentales" après la condamnation de cinq journalistes, dont un ancien correspondant du journal Libération, dans la foulée d'une visite du président turc Recep Tayyip Erdogan à Paris.

"La France exprime sa préoccupation" et "appelle la Turquie à respecter ses engagements en matière de droits de l'Homme et de libertés fondamentales", a déclaré un porte-parole du ministère français des Affaires étrangères.

A l'issue d'un entretien avec son homologue turc le 5 janvier, le président Emmanuel Macron avait évoqué "le cas de plusieurs dirigeants d'ONG et des journalistes en particulier", et rappelé que "nos démocraties doivent complètement respecter l'État de droit".

Les cinq journalistes, dont Ragip Duran, ex-correspondant du journal français Libération, ont été condamnés à la prison ferme - entre un an et demi et trois ans et neuf mois - après avoir participé à une campagne de solidarité avec Özgür Gündem, un quotidien pro-kurde fermé par décret-loi en octobre 2016.

Ils étaient poursuivis pour "propagande terroriste" en faveur du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), une organisation classée terroriste par Ankara et ses alliés occidentaux.

Ragip Duran, longtemps correspondant de Libération, a également collaboré avec l'Agence France-Presse, la BBC et plusieurs quotidiens turcs. Il a passé sept mois derrière les barreaux en 1998, déjà accusé de "propagande terroriste" pour un article publié dans Özgür Gündem.

vl/jk/lpt