NOUVELLES
14/01/2018 14:35 EST | Actualisé 14/01/2018 14:35 EST

Donald Trump est resté sur le terrain de golf pendant que Hawaï paniquait

Il n'a même pas envoyé un tweet sur la fausse alarme de missile après avoir rangé ses clubs.

Les critiques se font virulentes à l'endroit du président américain Donald Trump pour avoir continué de jouer au golf samedi alors que les résidents d'Hawaï se sont dépêchés pour se mettre à l'abri après avoir reçu une fausse alarme sur leur téléphone intelligent leur indiquant l'arrivée imminente d'un missile balistique.

Le président était sur le terrain de golf du Trump International Golf Club de West Palm Beach, en Floride, après que l'alerte a été envoyée à 13h09, heure de l'est, selon les rapports de presse. Son cortège de voitures n'a pas quitté le club pour Mar-a-Lago avant 13h38.

Bien que l'Agence de gestion des urgences d'Hawaï a rapidement tweeté que l'avertissement initial était une erreur, 38 minutes se sont écoulées avant que la deuxième alarme mobile déclarant la fausse alarme soit envoyée. Les responsables ont affirmé que le mauvais bouton avait été appuyé.

Au moment d'écrire ces lignes, dimanche après-midi, Donald Trump n'a toujours pas mentionné la fausse alarme dans un de ses tweets, mais a parlé, entre autres, de la fin probable du programme des Dreamers, et a accusé le Wall Street Journal de «fake news». Samedi soir, il est revenu sur le livre Fire and Fury:

Ce n'est pas clair à quel moment exactement Trump a su pour l'alerte, bien que le président devrait être informé de n'importe quel menace rapidement.

La secrétaire de presse de la Maison-Blanche, Lindsay Walters a affirmé dans un communiqué que le président avait été «informé de l'exercice d'administration des urgences de l'État d'Hawaï».

«Il s'agissait strictement d'un exercice d'État», a-t-elle ajouté.

Un employé de la Maison-Blanche a souligné à CNNque le président avait été informé en personne par le conseiller à la sécurité nationale H.R. McMaster, son adjoint Ricky Waddel et le chef de cabinet John Kelly.

Un fonctionnaire administratif senior à révélé à Politico qu'il n'y avait aucune présence militaire autour du président lors de l'incident parce qu'il n'y a eu aucune menacé détectée par l'armée. La source a également avancé que le cabinet de Trump n'avait pas encore testé de plan à savoir comment ils réagiraient lors d'une telle attaque.

L'ancien haut-placé du Pentagone, le colonel Morris Davis, a critiqué le président dans un tweet pour avoir continué sa partie de golf lors de «ses vacances financés par les payeurs de taxes» pendant que les Hawaïens «se préparaient pour une attaque de missile balistique».

L'ancien représentant John Dingell a tweeté que Trump était «quelque part sur le neuf de retour» pendant que «1,5 millions de citoyens américains» se sont fait dire de trouver un abri.

La représentante Tulsi Gabbard d'Hawaï a été rapidement informée de l'erreur et a rassuré les Hawaïens dans un tweet qu'il n'y avait «pas de missile qui arrive», avant même que la deuxième alerte soit envoyée.

Elle n'a pas critiqué Trump pour avoir joué au golf. Mais elle s'est plaint que le président ne prenne ni la menace nucléaire nord-coréenne au sérieux, ni qu'il s'en occupe sérieusement.

Trump a fréquemment critiqué Barack Obama pour être en train de jouer au golf alors qu'il siégeait à la Maison-Blanche, suggérant qu'il négligeait ses tâches présidentielles.

Ce texte initialement publié sur le HuffPost États-Unis a été traduit de l'anglais.

À voir aussi: