NOUVELLES
12/01/2018 19:50 EST

À la une à 06H00

À LA UNE

Trump visé par un déluge de condamnations après ses propos "racistes"

NATIONS UNIES - "Racistes", "abjects" et "blessants", les propos de Donald Trump sur l'immigration en provenance de "pays de merde" ont provoqué un torrent d'indignation à travers le monde qui ne tarissait pas dans la nuit de vendredi à samedi, l'Afrique entière réclamant des excuses.

C'est, comme souvent, via Twitter que le président américain a réagi à cette nouvelle polémique qu'il a créée de toutes pièces et qui le met en difficulté au moment où il tente de trouver un compromis au Congrès sur le dossier sensible de l'immigration.

"Le langage que j'ai utilisé lors de la réunion était dur mais ce ne sont pas les mots utilisés", a affirmé le milliardaire dans une formule équivoque.

D'une voix unie, dans un langage d'une rare dureté, les 54 ambassadeurs du groupe africain à l'ONU ont exigé "rétractation" et "excuses", condamnant des "remarques scandaleuses, racistes et xénophobes". Ils se sont dit préoccupés par la tendance "grandissante" de l'administration Trump américaine "à dénigrer le continent, et les gens de couleur".

Lactalis: rappel encore élargi, des "centaines" de plaintes

PARIS - Lactalis devra reprendre tous les lots de lait infantile produits dans son usine de Craon (Mayenne), affectée par une contamination à la salmonelle, a annoncé vendredi le ministre de l'Economie, alors qu'une association a évoqué des "centaines" de plaintes contre l'industriel.

Elargissant le précédent rappel qui courait à partir de février 2017, le ministre Bruno Le Maire souhaite ainsi mettre un terme à une crise sanitaire d'autant plus retentissante qu'on apprenait quelques minutes après son point presse qu'un cas de salmonellose avéré avait été découvert en Espagne concernant un bébé ayant consommé de ce lait infantile contaminé. Un autre cas reste à confirmer en Grèce.

Afin de mettre fin à l'inquiétude des familles et d'éviter que ce scandale ne vienne éprouver la "réputation" d'une filière laitière française déjà en crise, M. Le Maire a "demandé à M. (Emmanuel) Besnier, le président de Lactalis, de faire preuve de davantage de transparence"

Merkel vers un nouveau mandat placé sous le signe de l'Europe

BERLIN - Angela Merkel est enfin parvenue à un accord de principe pour prendre la tête d'un nouveau gouvernement en Allemagne avec le soutien des sociaux-démocrates et a promis dans la foulée de contribuer à "un nouveau départ" de l'Europe.

Au terme de cinq journées de tractations difficiles, dont une dernière session de 24 heures non-stop à Berlin, la chancelière s'est félicitée du compromis qui doit lui permettre de rester au pouvoir pour quatre années de plus et à l'Allemagne de sortir d'une impasse politique inédite.

Elle a appelé de ses voeux "la constitution d'un gouvernement stable". Les élections législatives de septembre, marquées par un repli des partis traditionnels et une percée de l'extrême droite, n'ont en effet pas permis de dégager de majorité évidente.

Après avoir d'abord tenté sans succès à l'automne de forger un gouvernement avec les Libéraux et les écologistes, Angela Merkel n'avait plus le choix: elle devait trouver un accord avec le parti social-démocrate.

Iran: Trump reste dans l'accord sur le nucléaire mais lance un ultimatum

WASHINGTON - Les Etats-Unis restent pour l'instant dans l'accord historique de 2015 sur le nucléaire iranien mais Donald Trump a lancé vendredi un ultimatum aux Européens afin qu'ils l'aident à le durcir dans les prochains mois s'ils veulent éviter un retrait pur et simple de Washington.

Le président américain a confirmé la suspension des sanctions économiques contre l'Iran levées dans le cadre de cet accord conclu avec Téhéran et les autres grandes puissances (Chine, Russie, France, Allemagne et Royaume-Uni). Mais la Maison Blanche a prévenu qu'il s'agit "de la dernière suspension".

"C'est la dernière chance", a lancé Donald Trump dans un communiqué, exigeant un "accord" avec les Européens pour "remédier aux terribles lacunes" du texte, que tous les autres signataires défendent mordicus car il est censé empêcher l'Iran de se doter de l'arme atomique.

Tunisie: "carton jaune" au gouvernement des manifestants anti-austérité

TUNIS - Quelques centaines de personnes ont manifesté vendredi dans le calme contre les hausses de prix en Tunisie, après plusieurs jours de heurts alimentés par une grogne sociale contre le budget d'austérité, à l'approche du septième anniversaire de la révolution.

La soirée de vendredi était calme après des heurts nocturnes ces derniers jours dans plusieurs villes entre jeunes et policiers. Ces troubles sont nourris par un chômage persistant malgré la croissance, et des hausses d'impôts grignotant un pouvoir d'achat déjà éprouvé par une importante inflation.

La mobilisation sociale traditionnelle à l'approche du septième anniversaire de la chute du dictateur Zine el Abidine Ben Ali le 14 janvier 2011, chassé du pouvoir par une révolution réclamant notamment travail et dignité, a été particulièrement explosive cette année, se traduisant surtout par des émeutes.

EN BREF

- L'homme d'affaires français Alexandre Djouhri, arrêté à Londres dans le cadre de l'enquête sur des soupçons de financement libyen de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007, a été libéré vendredi sous caution en attendant une audience d'extradition.

- Le vote recommence samedi matin pour l'élection présidentielle tchèque qui met en lice huit candidats libéraux face au chef de l'Etat sortant Milos Zeman, pro-russe et pro-chinois, attaqué la veille par une Femen torse nu qui lui a reproché son attachement à Vladimir Poutine.

- L'équipe de France de handball, en quête d'un quatrième titre européen, a été accrochée jusqu'au bout mais a lancé idéalement son Euro-2018 en battant la Norvège 32-31 sur le fil vendredi à Porec, en Croatie, dans ce remake de la finale du Championnat du monde remportée par la France l'an dernier (33-26).

- Jane Birkin, Matthieu Chedid, Carole Bouquet notamment ont assisté à l'inhumation dans l'intimité de France Gall, tandis que plusieurs centaines de fans et de badauds sont restés massés à la porte du cimetière Montmartre à Paris.

AFP/dar