DIVERTISSEMENT
12/01/2018 08:40 EST | Actualisé 12/01/2018 08:40 EST

Le jeu du chat et de la souris se poursuit dans «Blue Moon III»

«Les fans de la série ont hâte à cette confrontation entre Justine et Milan...»

Paméla Lajeunesse

Les premières minutes de la troisième saison de Blue Moon laissent croire que Justine Laurier (Karine Vanasse) est décédée. Mais il n'en est rien. C'est que, supposée être démantelée, l'agence Blue Moon opère maintenant de façon totalement clandestine.

Moins farouche que jadis, Justine réunit ses anciens collègues, dont Bob Ryan (Patrice Godin), Cassandra Boyd (Charlotte Aubin) et Francis Duff (Alexandre Landry) pour mener à bien ce qu'elle considère comme sa dernière entreprise paramilitaire : contrecarrer les plans d'un ingénieur millionnaire, déterminé à détourner l'eau du Grand Nord canadien pour alimenter le sud des États-Unis.

C'est Vincent Morel (David LaHaye), employé des Services secrets canadiens, proche collaborateur du premier ministre du Canada et nouveau venu dans le paysage hautement miné de Blue Moon, qui a fait appel à Justine et ses troupes pour livrer cette guerre aux États-Unis. Contrairement à Bob, qui s'en méfie, Justine fait entièrement confiance à cet homme rempli d'aplomb et de prestance, mais qu'on devine capable des pires bassesses.

À preuve : Morel tient également sous ses ordres l'horrible Milan (Éric Bruneau) et lui confie aussi des missions. Un fait que Justine ignore, bien sûr, parce qu'alors que ce dernier la croit morte, elle-même est convaincue que son adversaire de toujours est évaporé dans la nature.

Aux côtés de Milan – qui, souvenons-nous, a disposé de son ex-compagne Chloé (Caroline Dhavernas) d'atroce manière aux dernières minutes du précédent volet - œuvre désormais une recrue du nom de Vicky Duclos (Catherine St-Laurent), qui est de surcroît la nouvelle amoureuse du sombre personnage. En plus d'être magnifique, la jeune femme n'a rien d'une fragile poupée de porcelaine : elle sait répondre en mots autant qu'en gestes aux humeurs de celui auprès de qui elle s'entraîne. Rapidement, on comprend que l'élève Vicky pourrait bientôt dépasser le maître Milan.

Puis, non loin du cocon Blue Moon évolue toujours le charismatique Thylan Manseau (Émile Proulx-Cloutier), toujours amoureux de Justine, qu'on retrouve alors qu'il publie justement un livre sur Blue Moon.

Galerie photoLe tapis rouge de «Blue Moon» Voyez les images

Ultime confrontation

Voilà donc les grandes lignes du nouveau chapitre de l'enlevante série-vedette de Club illico, toujours signée Luc Dionne et produite par Aetios, dont les 10 épisodes d'une heure, tournés en format Ultra-HD (4K) au printemps dernier, ont été déposés sur la plateforme jeudi.

Les mordus de cette fiction trépidante aux allures de thriller américain pourront donc à nouveau s'enfiler d'un trait la totalité de l'intrigue, en rafale, et revoir à nouveau la première et la deuxième saison via Club illico si le cœur leur en dit, ou s'ils en ont besoin pour se rafraîchir la mémoire.

Ce qu'on vous conseille d'ailleurs fortement si vous croyez avoir oublié un détail ou deux, la trame de Blue Moon étant suffisamment complexe pour nous dérouter à l'occasion.

Réalisée par Rafaël Ouellet (Fatale Station, Nouvelle adresse), qui succède à Yves-Christian Fournier derrière la caméra, cette plus récente tranche de l'histoire deBlue Moon sera également celle de l'ultime confrontation entre Justine et Milan. Notre héroïne ne sait toujours pas que c'est le narcissique Milan qui l'a violée dans la première saison et ignore à quel point son ennemi a pu aller loin dans ses manipulations. Le face-à-face sera d'autant plus corsé, anticipe-t-on.

«Ils ont un moment assez épique, assez fort, laisse planer Rafaël Ouellet. Assez surprenant, aussi. Et qui se fait attendre!»

«Les gens ont hâte, les fans de la série ont hâte à cette confrontation entre Justine et Milan, trépigne Karine Vanasse, aussi excitée que le public en évoquant le duel. Hâte que Justine sache à quel point il est quelqu'un de dangereux, à quel point il représente une menace pour elle. Le public en sait plus qu'elle, au fond. Il y a vraiment une confrontation qui sera là, vers la fin, et qui va satisfaire tout le monde. Et la suite des choses s'annoncera encourageante pour Justine!»

D'après l'actrice, la carapace de son alter ego se fissurera profondément dans les épisodes de Blue Moon à venir. Peut-être jusqu'à faire jaillir une certaine lumière...

«Justine n'a pas le contrôle, dans la troisième saison, indique Karine Vanasse. Elle n'a presque pas d'informations. C'est le personnage de David LaHaye qui les détient toutes, et il les distribue au compte-gouttes. Justine sera en quelque sorte prisonnière, et elle veut protéger sa gang, ce qui est assez nouveau.»

«Au début, quand on a connu cette fille, elle était aux prises avec ses démons, elle était dans sa bulle, elle avait de la difficulté à entrer en contact avec les autres. Aujourd'hui, on sent qu'elle est rendue ailleurs, mais elle rencontrera quelques embûches. Elle n'a pas encore trouvé de quelle façon elle veut vivre, vraiment», complète la comédienne.

«Quelque chose de satisfaisant»

L'auteur Luc Dionne, qui a planché sur l'écriture de Blue Moon III après avoir achevé les textes de la première année de District 31, en mars et avril derniers, a confié avoir eu l'idée de traiter du commerce de l'eau après avoir lu, il y a deux ans, l'ouvrage Water, de Steven Solomon, détaillant le projet North American Power and Power Alliance qui, dans les années 50, prévoyait le détournement de précieuses eaux canadiennes vers la Californie, entre autres.

«Ça fait changement de la drogue et des bandits», s'amuse le créateur.

Une toile de fond qui prêtait moins aux scènes d'action que dans les deux premiers opus de Blue Moon, et davantage aux joutes psychologiques, aux dires de Rafaël Ouellet. Le réalisateur promet néanmoins une dose immense d'émotions fortes aux téléspectateurs.

«Cette année, il y a beaucoup de jeu de chat et souris. Les gens vont souvent ressentir ce que les acteurs vivent. On a entre autres deux moments de torture qui, à mon avis, sont particulièrement réussis. J'avais prévu des doublures, des cascadeurs, mais les acteurs en question – que je ne nommerai pas, pour ne pas vendre de punch – ont tenu à se prêter eux-mêmes au jeu. Moi, je ne leur aurais jamais demandé ça, mais ils ont insisté pour au moins l'essayer. Et on a gardé ces scènes, ça leur a conféré une grande richesse.»

Rafaël Ouellet n'est pas arrivé dans le décor de Blue Moon avec de gros sabots. Celui qui bosse présentement sur le plateau de Cheval-Serpent 2 a voulu apporter sa propre couleur à l'épopée Blue Moon, mais discrètement, sans dépayser les fanatiques de la saga.

«Je suis arrivé avec beaucoup d'humilité. Je voulais respecter les textes de Luc, le style que Yves-Christian avait déjà imposé dans les deux premières saisons. Mais, comme tous les lieux de tournage étaient nouveaux, on repartait à zéro, et c'est beaucoup par là que j'ai amené ma vision, ma signature, en choisissant des lieux que j'avais envie de filmer, de montrer, avec lesquels j'aurais envie de m'amuser», expose le cinéaste, citant notamment le bunker où Justine et ses acolytes officient désormais – un lieu qui a occupé 10 jours d'enregistrement de Blue Moon sur 50 – et le bureau de Vincent Morel, un repaire tout en hauteur reflétant les moyens de luxe et le côté mystérieux de l'énigmatique protagoniste.

On ne sait pas encore si Blue Moon se poursuivra au-delà de la troisième saison maintenant disponible. L'équipe s'est dite ouverte à continuer l'aventure, même si Karine Vanasse ne cache pas avoir le sentiment du devoir accompli.

«Je trouve qu'il y a quelque chose de satisfaisant dans la conclusion de la saison trois», laisse miroiter la future maman.

Blue Moon III est maintenant disponible pour visionnement intégral sur Club illico. On s'abonne à la plateforme au coût de 9,99$ par mois.

À voir également :