Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Hongrie: le parti Jobbik refuse de payer une amende record avant les élections

Le principal parti d'opposition en Hongrie, le Jobbik, issu de l'extrême droite, a annoncé mardi refuser de payer une amende record infligée par la Cour des comptes (ASZ) à l'approche des législatives, une mesure qu'il a qualifiée de "politique".

Quatre autres partis d'opposition -- MSZP (socialiste), LMP (vert), Együtt et DK (libéraux) --, condamnés à verser des sommes plus faibles, ont également annoncé qu'ils refuseraient de s'acquitter de ces amendes.

Le Jobbik s'est vu infliger début décembre une amende de 2,1 millions d'euros en raison de financements jugés "illégaux" pour une campagne d'affichage visant le Premier ministre souverainiste Viktor Orban.

Cette somme a depuis été réduite de moitié mais "nous n'allons pas, de notre propre gré, payer l'amende," a déclaré mardi soir sur sa page Facebook Gabor Vona, le leader du Jobbik.

"Derrière la décision de la Cour des comptes se trouve inéluctablement le Fidesz", le parti de M. Orban, exempt pour sa part de toute sanction, a estimé M. Vona.

Le Jobbik avait précédemment dénoncé "une attaque politique, non seulement dirigé contre le Jobbik, mais contre toute la démocratie hongroise".

Régulièrement épinglé pour ses tendances autoritaires et sa mainmise sur les principales institutions et médias du pays, M. Orban briguera un troisième mandat d'affilée lors de législatives prévues en avril.

Le Jobbik, formation radicale qui s'est efforcée de polir son image et son discours depuis quelques années, apparaît comme le principal concurrent du Fidesz pour ce scrutin, sans toutefois apparaître en mesure de menacer ce parti, selon les sondages.

mg/phs/mra

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.