Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Charles Aznavour propose «un tri» des migrants, pour ne pas passer à côté de «génies»

Une proposition qui en a choqué plusieurs...

«D'abord, on devrait savoir à qui on a affaire...» Ce dimanche 7 janvier, Charles Aznavour était invité par Laurent Delahousse sur France 2, dans 20h30 le dimanche, en compagnie de la pianiste née géorgienne et naturalisée française Khatia Buniatishvili. En présence de ces deux artistes aux racines multiculturelles, l'animateur a voulu évoquer l'une des thématiques du moment : l'accueil des migrants en France.

Avec Charles Aznavour, il a justement évoqué les multiples cultures du chanteur de 93 ans. «C'est un apport pour un artiste qui veut partir en dehors des frontières», lui a expliqué l'interprète de La Bohème et de Emmenez-moi. Et c'est alors que Laurent Delahousse a demandé : «Quand on voit cette histoire, ce parcours, cette double culture, est-ce qu'aujourd'hui vous considérez que la France est trop timide vis-à-vis des migrants, ou pas?»

Une question à laquelle le chanteur a répondu : «D'abord, il faut savoir à qui on a affaire. Il y a peut-être des génies parmi ces gens, et en tout cas il y a des gens utiles, c'est vrai. Et c'est vrai aussi qu'on ne peut pas avoir tout le monde chez soi, ce ne serait pas facile et ce ne serait pas normal. Mais on pourrait faire un tri intéressant. On pourrait avoir des gens très intéressants qui passent.»

Et de conclure avec une référence à une autre immigrée célèbre, Marie Curie, née polonaise. «Si aujourd'hui Marie Curie passait, on lui dirait 'Au revoir madame'.» Des propos qui ont suscité la colère de nombreux téléspectateurs sur les réseaux sociaux...

Ce texte a été publié originalement dans le HuffPost France.

À voir également :

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.