Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Iran: deux cents protestataires dans le centre de Téhéran (agence)

Quelque deux cent protestataires tentaient de se rassembler dimanche en début de soirée dans le centre de Téhéran en lançant des slogans, a rapporté le canal Telegram de l'agence Fars, proche des conservateurs.

"Contrairement aux rumeurs des médias hostiles, la plupart des quartiers de Téhéran sont calmes. Quelque 200 personnes lancent de temps à autres des slogans dans le quartier de l'université" dans le centre de la capitale, a affirmé Fars.

Selon la même source, la plupart des magasins ont fermé par "peur d'une répétition des événements (de samedi) soir et de la destruction des biens publics par les fauteurs de troubles".

Des manifestations contre le pouvoir et pour de meilleures conditions de vie ont eu lieu depuis jeudi dans plusieurs villes iraniennes, deux personnes trouvant la mort. Mais la contestation reste dans l'ensemble faible à Téhéran (8,5 millions d'habitants).

Samedi, un petit groupe d'étudiants s'était rassemblé à l'intérieur de l'université de Téhéran avant d'être dispersé par des contre-manifestants. En soirée, plusieurs centaines de personnes avaient de nouveau manifesté dans le quartier de l'université et la police les avait dispersés en faisant usage de gaz lacrymogène.

Le procureur général de Téhéran, Abbas Jafari Dolatabadi, a annoncé l'arrestation d'un "certain nombre de personnes", sans donner de chiffre.

"Les fauteurs de troubles n'appartiennent pas au peuple. Des actions contre la sécurité, notamment mettre le feu ou détruire des bâtiments et biens publics, ne sont pas des délits normaux et la justice va agir avec détermination contre eux", a-t-il déclaré.

Le gouvernement a lui averti dimanche que les manifestants antigouvernementaux allaient "payer le prix" et a limité l'accès aux réseaux sociaux pour tenter d'empêcher de nouveaux rassemblements.

Un site internet des Gardiens de la révolution, l'armée d'élite de la République islamique, a par ailleurs publié dimanche une vidéo montrant plusieurs centaines de manifestants à Kermanshah (ouest).

sgh/bpe

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.