NOUVELLES
27/12/2017 16:18 EST | Actualisé 27/12/2017 16:18 EST

Une championne d'échecs a préféré perdre ses titres plutôt que de jouer en Arabie saoudite

Au nom de ses «principes», la joueuse ukrainienne Anna Muzychuk a refusé de mettre les pieds à Riyad.

La joueuse ukrainienne d'échecs Anna Muzychuk
AFP/KARIM JAAFAR
La joueuse ukrainienne d'échecs Anna Muzychuk

Au nom de ses "principes", la joueuse ukrainienne d'échecs Anna Muzychuk s'est dit prête samedi 23 décembre à renoncer à deux de ses titres de championne de monde, comme l'a repéré Libération ce 26 décembre. Anna Muzychuk, troisième joueuse mondiale, refuse de mettre les pieds à Riyad, en Arabie Saoudite et de participer au championnat mondial "roi Salmane" organisé dans le pays ultra-conservateur à partir de ce mardi jusqu'au samedi 30 décembre.

Sur Facebook, la joueuse s'est justifiée dans un texte expliquant les raisons de son geste. "Dans quelques jours, je vais perdre mes deux titres" écrit-elle avant de poursuivre, "J'ai décidé de ne pas jouer selon les règles de quelqu'un d'autre".

Celle qui a remporté le Championnat du monde féminin rapide et Blitz en 2016 au Qatar estime se sentir libre "de ne pas porter une abaya" (un vêtement féminin porté par dessus les autres au Proche et au Moyen-Orient), "de ne pas être accompagnée en sortant" ou de ne pas se sentir comme une "créature inférieure" quitte à ne pas pouvoir défendre ses titres.

Dans le même post, la joueuse en a profité pour annoncer que sa soeur, Mariya Muzychuk a fait le même choix et ne participera donc pas au tournoi.

Joueur d'échecs américain, quatre fois champion des États-Unis et détenteur du titre de grand maître international depuis 2003, Hikaru Nakamura avait également tweeté à propos de cet événement en novembre et déclaré: "Organiser un championnat d'échecs dans un pays où les droits de l'homme n'ont aucune valeur est horrible. Les échecs sont un jeu qui rassemble des gens très différents, ce n'est pas un jeu où chaque personne est séparée selon sa religion ou son pays d'origine".

Selon Le Parisien, en plus des deux femmes, ils seraient plus de 150 joueurs professionnels à boycotter le championnat dans le but de protester contre la décision de la Fédération internationale des échecs (Fide) de choisir l'Arabie Saoudite comme pays organisateur de la compétition.

VOIR AUSSI: