NOUVELLES
22/12/2017 02:32 EST

Sanctions UE: Viktor Orban réaffirme son soutien à la Pologne

Le Premier ministre Hongrois Viktor Orban a réaffirmé vendredi sa détermination à s'opposer à la procédure de sanctions déclenchée par le Commission européenne envers la Pologne, estimant que "celui qui attaque la Pologne attaque toute l'Europe centrale".

"C'est l'intérêt de la nation hongroise d'être solidaire des Polonais et de faire en sorte qu'aucune sanction de l'UE ne puisse aboutir contre eux", a déclaré le dirigeant conservateur sur la radio publique hongroise.

"Celui qui attaque la Pologne attaque toute l'Europe centrale", a-t-il ajouté.

Après des mois de mises en garde, la Commission européenne a déclenché mercredi contre la Pologne une procédure sans précédent, pouvant aller jusqu'à priver le pays de ses droits de vote dans l'UE s'il ne renonce pas à ses réformes judiciaires controversées.

Sans l'approbation de la Hongrie, l'adoption de sanctions, au terme d'une procédure européenne complexe, ne pourra aboutir puisque le vote doit se faire à l'unanimité des pays européens (sans celui qui est visé).

La Hongrie, dirigée par Viktor Orban depuis 2010, a essuyé ces dernières années de nombreuses critiques de ses partenaires européens pour avoir procédé à des réformes jugées dommageables pour l'Etat de droit et l'équilibre des pouvoirs.

M. Orban, farouchement opposé à l'accueil de réfugiés en Hongrie et qui bataille depuis 2015 contre les politiques migratoires européennes, a par ailleurs salué l'arrivée au pouvoir en Autriche de la coalition droite/extrême droite dirigée par Sebastian Kurz, chef du parti chrétien-démocrate (ÖVP).

"Un nouveau gouvernement chrétien, rejetant l'immigration, a été élu", s'est réjoui M. Orban. Il a dit "compter", en matière de politique migratoire, sur la solidarité de Vienne avec les pays d'Europe centrale regroupés dans l'alliance régionale dite de Visegrad (Pologne, Hongrie, Slovaquie, Tchéquie).

Il a estimé que "le temps travaille en faveur" des pays opposés à l'accueil de populations étrangères, disant attendre que "d'autres gouvernements hostiles à l'immigration arrivent au pouvoir en Occident".

mg-smk/jhd

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!