NOUVELLES
21/12/2017 17:31 EST | Actualisé 21/12/2017 17:31 EST

Les forêts malmenées par les changements climatiques, les insectes et le feu

Derek Nighbor, président de l'Association des produits forestiers du Canada, estime qu'il faut rapidement créer des modélisations afin de prévoir et prévenir pour s'assurer d'une forêt en santé.

Un feu de forêt embrasant la forêt boréale du parc national de Wood Buffalo.
THE CANADIAN PRESS/HO, Parks Canada - Jonathan Large
Un feu de forêt embrasant la forêt boréale du parc national de Wood Buffalo.

Les incendies et les insectes détruisent chaque année 20 fois plus de couvert forestier que la coupe industrielle au Canada, et les producteurs soutiennent que cette situation empire avec les changements climatiques.

Derek Nighbor, président de l'Association des produits forestiers du Canada, estime qu'il faut rapidement créer des modélisations afin de prévoir et prévenir pour s'assurer d'une forêt en santé.

Le ministère fédéral des Ressources naturelles indiquait en 2016 que le Canada avait perdu environ 1,4 million d'hectares de forêts à cause du feu, et 17,6 millions d'hectares à cause des insectes. Les producteurs de bois ont quant à eux coupé 779 000 hectares de forêt. En d'autres mots, 5,4 pour cent du couvert forestier canadien a disparu à cause des insectes, contre 0,2 pour cent à cause du feu.

«On assiste à une infestation sans précédent d'insectes nuisibles qui ravagent nos forêts», soutient M. Nighbor en entrevue. «Nos biologistes et nos employés croient que ce phénomène est en grande partie attribuable aux changements climatiques.»

La tordeuse des bourgeons de l'épinette ravage des forêts du Québec et des provinces de l'Atlantique, alors que le dendroctone du pin ponderosa détruit le bois dans l'ouest du pays et progresse vers l'est. Selon M. Nighbor, le coléoptère s'apprête à s'inviter en Saskatchewan — si ce n'est déjà fait.

Pendant ce temps, l'agrile du frêne, qui a détruit des millions d'arbres dans l'est du Canada et des États-Unis, se dirige vers l'ouest. La Ville de Winnipeg a découvert des cas le 7 décembre, et craint de perdre jusqu'à 350 000 frênes.

Lorsque l'insecte s'installe, il tue l'arbre, qui devient du bois mort. L'augmentation des températures et la prolongation des périodes de sécheresse, attribuables aux changements climatiques, favorisent ensuite la combustion de ce bois mort. La Colombie-Britannique a ainsi connu cette année sa pire saison d'incendies de forêt: 1,1 million d'hectares s'est envolé en fumée.

M. Nighbor suggère notamment de planter en forêt davantage d'arbres qui sauraient résister aux insectes.

Mais Dan Kraus, de l'organisme Conservation de la nature Canada, juge périlleux d'introduire en forêt de nouvelles espèces d'arbres. Rappelant que les incendies de forêt font partie intégrante d'un processus naturel, il admet toutefois que les changements climatiques ont multiplié les risques.

Plutôt que de planter de nouvelles espèces, M. Kraus suggère de pratiquer des coupes autour de secteurs où le bois mort est concentré, puis de procéder à des incendies contrôlés afin d'éliminer ces poches de bois mort.

Voir aussi: