DIVERTISSEMENT
20/12/2017 15:42 EST | Actualisé 20/12/2017 15:50 EST

Le Grand Montréal Comédie Fest dévoile son concept

La première édition du nouveau festival d'humour montréalais aura lieu du 5 au 15 juillet 2018.

Facebook/Les Relookeuses

Les premières bases du Grand Montréal Comédie Fest sont jetées. On connaît maintenant les grands axes de la programmation du nouveau festival d'humour montréalais, que Martin Petit, Réal Béland, Guy A.Lepage, Patrick Groulx et d'autres vedettes de la Coalition des humoristes, ont dévoilés mercredi matin, en conférence de presse, à l'Olympia, salle qui servira en quelque sorte de quartier général au regroupement lors de la première édition, du 5 au 15 juillet 2018.

Aux yeux de Martin Petit, instigateur de toute cette aventure, il importait de rendre publics au plus vite certains segments du projet, dans un souci de vérité envers le public, a-t-il expliqué en entrevue.

«Comme jamais dans ma carrière, les gens m'accrochent et me regardent dans le blanc des yeux en me disant : «C'est important que ça marche». Je sentais qu'avant Noël, c'était important de donner un message d'espoir. La population doit comprendre qu'on n'est pas juste des artistes indignés et dérangés, mais qui ne font rien. Je sentais les gens en attente d'une réponse.»

En trois parties

Le concept de l'événement - produit par une entité simplement nommée Grand Montréal Comédie Fest et administrée par une dizaine d'humoristes, dont Martin Petit, Guy A.Lepage et Julien Lacroix - se décline en trois parties.

D'abord, des «Grands événements», qui rappelleront un peu les galas Juste pour rire, seront présentés à l'Olympia, mais aussi ailleurs en banlieue de Montréal, et ce, le même soir. Les humoristes voyageront à bord d'un hélicoptère pour arriver à se produire autant dans la métropole qu'en région en l'espace de quelques heures. Un premier rendez-vous est fixé au 6 juillet, à l'Oympia et au Zénith de St-Eustache. Les billets pour ces représentations sont déjà en vente.

Qui en seront les têtes d'affiche? Certaines d'entre elles seront peut-être révélées d'ici la tenue du spectacle, mais on tient à garder secrète la majeure partie du contenu qui sera mis de l'avant aux «Grands événements». Les spectateurs auront donc plusieurs surprises une fois assis dans leur siège. On reprend ainsi la formule à succès du Bordel, rue Ontario, dont la salle est pleine chaque soir sans que le moindre nom d'artiste impliqué ne soit divulgué d'avance.

Autre élément fort de cette première proposition du Grand Montréal Comédie Fest, la «Série 18 ans et +» comprendra trois fins de soirées comiques de type «carte blanche», aussi à l'Olympia, animées tour à tour par Julien Lacroix, Jay Du Temple et Adib Alkhalidey. Le public est convié à 23h et on promet qu'aucune censure ne viendra entacher ces collectifs aux styles complètement libres.

Rosalie Vaillancourt, Mike Ward, Mehdi Bousaidan et Yannick De Martino ont déjà confirmé leur présence à l'invitation de Julien Lacroix, le 5 juillet, et Katherine Levac, Sam Breton et David Beaucage prendront part au happening de Jay Du Temple, le 6 juillet.

Enfin, déjà fermée à la circulation automobile au début juillet en raison du Festival Montréal Complètement Cirque, la rue St-Denis sera piétonnière pendant toute la durée du Grand Montréal Comédie Fest. Dans cet intervalle, six salles intimes des environs, dont le Bordel, le Théâtre Ste-Catherine et l'Abreuvoir, offriront des prestations 100 % stand up de divers humoristes, de nouveaux visages comme des figures établies. Encore là, on ne nous informera pas d'avance de qui participera à quel rassemblement.

D'ici à la tenue officielle du premier Grand Montréal Comédie Fest, qui sera une «édition historique et laboratorienne», aux dires de Martin Petit, aura lieu, en avril, Vive ton courage, la première production portant le sceau du festival, et dont nous vous parlions ici. Patrick Groulx et Mélanie Ghanimé en seront les hôtes, et plusieurs personnalités ont déjà confirmé qu'elles y seront.

«On pense au fun d'abord, au budget après», a signalé Martin Petit, qui envie les humoristes américains de pouvoir donner six ou sept représentations par soir dans des comedy club, et qui souhaitait s'inspirer de cette façon de faire.

Galerie photoLe Grand Montréal Comédie Fest Voyez les images

Un nom nécessaire

En ce qui concerne le nom «Grand Montréal Comédie Fest», qui a beaucoup fait jaser dans la dernière semaine en raison de sa connotation anglophone, Martin Petit s'est fait rassurant : il n'est pas question de prononcer le titre à l'anglaise, et la Coalition des humoristes n'a pas encore d'ambitions internationales pour son «bébé».

Même si Andy Nulman, ancien pilier de Just For Laughs maintenant membre des troupes du Grand Montréal Comédie Fest, est présentement à New York pour, entre autres, recruter des talents - préférablement des étoiles montantes et non des stars établies à la Jerry Seinfeld, a souligné Martin Petit - qui pourraient venir faire un tour à la première mouture l'été prochain.

«Comédie festivalière ou comédie festive, on trouvait ça un peu péteux. Comédie Fest c'est un surnom», a précisé Martin Petit.

Et l'ajout du préfixe Grand Montréal était à son sens nécessaire, car il était important d'inclure la rive-nord et la rive-sud de Montréal dans toute l'entreprise, histoire de se rapprocher des gens le plus possible, a-t-on martelé à quelques reprises, mercredi. Des discussions sont ainsi en cours avec des pilotes d'hélicoptères et des compagnies spécialisées pour assurer le transport aux humoristes, et les villes sont avisées que, pour accueillir le Grand Montréal Comédie Fest, elles doivent être en mesure de faire place aux appareils.

«On veut que Valleyfield, St-Eustache, Laval, Longueuil, Repentigny se sentent impliqués, a complété Martin Petit. Comédie Fest, c'est le prénom, et Grand Montréal, c'est le nom de famille!»

À Juste pour rire, qui reprochait la semaine dernière à la Coalition des humoristes de jouer dans ses plates-bandes en termes de dates, étant donné que deux de ses principales attractions, Zoofest et L'Événement JMP, se tiennent au début juillet, Martin Petit répond calmement qu'il n'y a pas de conflit d'horaire.

«On n'est pas en conflit avec Juste pour rire. On a fait bien attention. Le 15 juillet sera probablement notre party de fermeture. On va fermer pendant qu'eux commencent. On est pendant les comédies musicales, et à date, de notre côté, il n'y a aucune intention de chanter et de danser...»

On peut se procurer immédiatement des billets pour les Grands événements du Grand Montréal Comédie Fest – dont le coût varie entre 32,50$ à 62,50$ - sur le site de l'Olympia et sur celui du Zénith de St-Eustache. Une application du festival sera éventuellement disponible pour faciliter l'achat.

À voir également :