NOUVELLES
19/12/2017 12:15 EST

Catalogne: Puigdemont lance un dernier appel à voter pour sa liste et "la dignité"

Le président catalan destitué par Madrid, l'indépendantiste Carles Puigdemont a lancé mardi soir depuis la Belgique un dernier appel au vote pour sa liste afin de montrer avec "dignité" au gouvernement qu'il appartient au peuple catalan de décider qui le dirige.

Carles Puigdemont, parti pour Bruxelles avant de faire l'objet d'un mandat d'arrêt en Espagne pour rébellion et sédition, a parlé à ses sympathisants via une liaison vidéo, une allocution retransmise en direct sur les réseaux sociaux et dans une centaine de localités en Catalogne.

"La présidence de Catalogne ne se +décapite+ pas, elle ne se change pas en fonction de la convenance" des dirigeants en place à Madrid, a déclaré l'ancien journaliste en invitant à voter pour sa liste transversale, "Ensemble pour la Catalogne".

L'élection régionale du 21 décembre "n'est pas une question de couleur politique, ou de personnes, c'est une question de dignité", a-t-il martelé.

Il a ensuite expliqué que si les Catalans acceptaient la destitution imposée par Madrid, les prochains chefs de l'exécutif régional seraient à la merci de décisions similaires du gouvernement central.

A Barcelone, des centaines de personnes étaient venues l'écouter, ainsi que d'autres candidats de sa liste, devant un écran géant.

Laura Santfeliu, 45 ans, assurait ne pas être gênée par ce meeting en liaison directe avec un candidat lointain, désormais installé en Belgique.

"Je crois que c'était une bonne idée (qu'il parte)", affirme-t-elle à l'AFP: cela a permis "d'internationaliser le problème catalan".

Le 27 octobre, après la déclaration d'indépendance votée au Parlement régional, le gouvernement de Mariano Rajoy avait destitué l'ensemble de l'exécutif catalan, dont le mandat aurait en principe dû se prolonger jusqu'en 2019. Il a dissous le Parlement catalan et convoqué de nouvelles élections pour ce jeudi.

Il appartient désormais aux Catalans de décider entre sept listes, dont trois sont indépendantistes: celle de M. Puigdemont qui prétend être à nouveau investi, celle de son vice-président catalan Oriol Junqueras, en détention provisoire pour rébellion et sédition, du parti ERc (Gauche républicaine de Catalogne) et celle du petit parti d'extrême gauche CUP (Candidature d'unité populaire).

Les indépendantistes sont d'ailleurs au coude à coude, en nombre de voix, avec les partis défendant l'unité de l'Espagne, en tête desquels figure le parti libéral Ciudadanos.

bur-mck/mra