DIVERTISSEMENT
17/12/2017 09:48 EST | Actualisé 17/12/2017 09:48 EST

«La voix junior» au Centre Bell : fête de famille

Les 80 bambins et préadolescents se sont ébattus pendant plus de deux heures sur scène!

HuffPost Québec/Paméla Lajeunesse

«La plus grande fête de la famille au Québec» : Charles Lafortune a bien résumé l'événement en ouverture du spectacle des jeunes vedettes de La voix junior, au Centre Bell, samedi après-midi. Parents, grands-parents et enfants ont afflué, nombreux, vers la maison du Canadien – ils étaient précisément 10 378 dans les gradins - pour partager un ultime moment avec les petits chanteurs et chanteuses qui leur ont fait vivre des émotions fortes les dimanches soirs de l'automne, à TVA.

Les 80 bambins et préadolescents se sont ébattus pendant plus de deux heures sur scène, à laquelle était juxtaposée une passerelle en forme de fourche. Le terrain de jeu était bordé, tout autour, par une série de poteaux lumineux, pendant que, derrière, des projections animées de toutes les couleurs égayaient les différents tableaux. Tout au fond s'érigeait la statue des deux doigts levés, emblématiques de La voix junior.

Galerie photo
«La Voix junior» fait lever le Centre Bell
Voyez les images

Les trois coachs de l'aventure, Marie-Mai, Alex Nevsky et Marc Dupré étaient aussi de la partie, tout comme l'animateur Charles Lafortune, qui y est allé de quelques sympathiques interventions, sans toutefois être très présent. On salue notamment son idée, à un certain moment, de faire lever les parents de leurs sièges pour leur offrir des applaudissements mérités pour leur dévouement devant les mille et une activités de leur marmaille. Il l'avait fait l'an denier, mais ça demeure une délicate attention.

Bien que joli et diversifié musicalement, le programme de ce festif concert recelait bien peu de surprises. C'est qu'on a essentiellement reproduit, pour ce séjour de trois représentations en salle – une au Centre Vidéotron, à Québec, le 9 décembre, et une dernière qui avait lieu samedi soir, aussi au Centre Bell -, les mêmes numéros que ceux montés pour la télévision.

Les téléspectateurs qui ont été fidèles au rendez-vous du petit écran entre septembre et novembre avaient donc déjà assisté aux prouesses proposées à nouveau : mêmes chansons, interprétées par les mêmes équipes, duos, trios ou en groupe.

Jusqu'aux vêtements de Sydney Lallier, grande lauréate de cette deuxième saison, qui étaient les mêmes que ceux portés lors de la finale qui l'a couronnée gagnante : jeans, chandail noir rayé blanc et rouge aux manches et tuque noire. La petite est désormais pleinement associée à son «uniforme»!

Pour cette évidente parenté, on ne blâmera toutefois pas l'équipe derrière ce grand collectif de La voix junior, qui bénéficiait de bien peu de temps entre la finale du concours et les dates prévues de spectacles pour fignoler une production indépendante ; déjà, orchestrer des répétitions avec toute cette survoltée bande de chérubins relevait probablement, en soi, d'un petit exploit.

Noël, Nation et Ludovick Bourgeois

Les réactions ont été très vives en levée de rideau, quand les projecteurs se sont braqués sur le trio de maîtres, Marie-Mai, Nevsky et Dupré, qui ont entonné, entourés de leurs protégés, leur pièce-thème, Une place pour toi. Le public de l'après-midi s'est montré plutôt tranquille, samedi, mais n'a pas négligé d'appuyer chaleureusement ses préféré(e)s.

On a recréé quelques souvenirs des auditions à l'aveugle, dont le Where Is The Love de Sydney et le fantastique Phantom of the Opera de Philippe. «Grâce à toi les fantômes du Forum sont enfin de retour dans le Centre Bell, ça va aider Carey!», lui a lancé Charles Lafortune après son tour au micro.

Les tout-petits de la cohorte, Cédrick, Xavier, Isabelle et Mia, ont été craquants sur Miami, d'Ariane Moffatt, en hachurant certains mots, mais en ne ratant aucun pas de leur adorable chorégraphie. Alexandre, Naomie et Samsara ont été splendides sur La belle et la bête. La portion de Trois petits cochons, avec Jonas, Émilien, Loïk et Alex Nevsky, a été savoureuse.

Silya, jeune non-voyante, a été très chaudement accueillie, d'abord lorsqu'elle a propulsé une vibrante Aimer, puis lorsqu'elle s'est faite entendre sur Ave Maria, avec sa partenaire Samsara. «Vive la différence, et I Love You», a crié la gamine dans l'immensité du Centre Bell.

Son confrère Alexandre a été puissant sur Je suis malade, et Sydney a rappé irréprochablement Lose Yourself, d'Eminem.

Sinon, les titres Brave (Kate, Laura et Lou), Le cœur est un oiseau (Clara, Émile et Mélia), What a Wonderful Word (Angélie), Lips Are Moving (Laura, Maïca, Lya, Xavier et Cédrick), Toi + Moi (Anissa, Laura, Lya, Maïca et Madison), Fou (Janibelle, Juliette et Romane), L'oiseau et l'enfant (Alexis, Maïka et Paul), Il faudra leur dire (Naomie, Philippe et Silya), Despacito (Lula, Lunayla, Marie-Mai et Marc) et When You Were Young (Yann et les autres) comptent parmi les relectures qui ont attiré l'attention.

L'arrivée de Ludovick Bourgeois, juste avant l'entracte, a fait traverser une véritable frénésie chez les spectateurs. Dans un hommage à son papa Patrick Bourgeois, décédé récemment, composé des classiques Tu ne sauras jamais, Pourquoi t'es dans la lune et Fais attention, le jeune homme a cartonné, et pour cause. Timbre de voix identique, même gestuelle, traits en tous points semblables : la pomme ne tombe jamais loin de l'arbre, et fiston ne pourra jamais renier ses origines et son B.B. de père. On a tapé des mains à l'unisson avec lui.

On a eu un joyeux et attendrissant segment d'airs de Noël à se mettre sous la dent en clôture (Glory Alleluia, Fa la la, Vive le vent, Santa Claus is Coming To Town, 23 Décembre, Marie-Noël, Last Christmas, Happy XMas, etc).

Au fil d'arrivée, la rassembleuse Nation, de Tibz, ver d'oreille qui a lézardé sur les ondes radio tout l'été et tout l'automne, a dégourdi les jambes de plusieurs.

Le grand party de famille de La voix junior 2 a culminé dans une dernière proposition d'Une place pour toi, noyée dans un déluge de confettis et d'immenses ballons qui survolaient les lieux. Certains ont peut-être ramené des bouts de papiers colorés en souvenir chez eux, puisqu'on en trouvait même au sol de la station de métro Bonaventure au sortir de la fiesta. Ramener de petits morceaux de La voix junior chez soi, pourquoi pas?