NOUVELLES
17/12/2017 03:47 EST

Dispute autour du retour de la dépouille du roi qui collabora avec Mussolini

La dépouille de Victor Emmanuel III, roi d'Italie banni en 1946 pour collaboration avec le régime fasciste, a été rapatriée en Italie dimanche, sur fond de désaccord sur le lieu de son inhumation.

Victor Emmanuel, qui régna de 1900 jusqu'à son abdication le 9 mai 1946, est mort en exil en Egypte le 28 décembre 1947.

Le président italien a accordé à la maison de Savoie la permission de rapatrier la dépouille, transférée tôt dimanche matin du Caire, a annoncé l'historien Aldo Mola à l'AFP.

Le roi sera enterré dans le mausolée de la famille de Savoie à Vicoforte, dans le nord-ouest de l'Italie, selon M. Mola, qui a aidé à l'organisation de ce retour.

Mais l'arrière petit-fils de Victor Emmanuel III, en pleine dispute avec sa famille pour savoir qui est l'héritier légitime d'une des plus vieilles dynasties royales au monde, estime que son arrière grand-père devrait reposer au Panthéon à Rome, aux côtés des rois précédents.

"Nous rêvions que ce jour se déroule autrement. La justice sera rendue quand tous nos souverains inhumés en exil reposeront au Panthéon" a déclaré l'auto-proclamé "Prince de Naples" au quotidien Il Corriere della Sera.

La dépouille d'Hélène de Savoie, l'épouse de Victor Emmanuel qui reposait jusqu'alors à Montpellier, dans le sud de la France, a été transférée vendredi dans le mausolée de la famille. Son mari doit être inhumé à ses côtés.

"Ce n'est pas du tout une décision controversée. Les autres rois reposaient au Panthéon de manière temporaire, en attendant que la construction de l'Autel de la Patrie soit terminée", a expliqué Aldo Mola.

L'Autel de la Patrie, grand monument blanc au centre de Rome - surnommé la "pièce montée" par les touristes - avait été achevé en 1911 et abrite aujourd'hui la tombe du soldat inconnu.

Victor Emmanuel III a collaboré avec le régime fasciste de Benito Mussolini et cosigné et promulgué les lois raciales qui ont entraîné la déportation de près de 8.000 juifs italiens à partir de 1943.

C'est un roi "qui a trahi la Constitution, accepté le fascisme, signé des lois supprimant les libertés fondamentales, promulgué des lois raciales et entraîné l'Italie dans la guerre", selon l'historien Piero Craveri.

ide/mby/roc

RCS MEDIAGROUP