NOUVELLES
08/12/2017 20:27 EST

Diffusion au Salvador d'un documentaire sur un massacre commis en 1981

Un émouvant documentaire sur le massacre d'un millier de personnes par l'armée en 1981 à El Mozote, au Salvador, lors de la guerre civile qui a ravagé ce petit pays d'Amérique centrale de 1980 à 1992, a été diffusé vendredi sur la chaîne publique de télévision.

Il s'agit "du plus grand massacre de l'histoire contemporaine de l'Amérique latine", a souligné le narrateur de ce documentaire diffusé depuis le village d'El Mozote, situé à 200 kilomètres au nord-est de la capitale.

Cette diffusion s'inscrit dans le cadre des mesures ordonnées en 2012 par la Cour interaméricaine de justice, qui a condamné l'Etat salvadorien pour crimes contre l'Humanité.

"C'est un hommage afin de rendre leur dignité aux victimes", a déclaré Oscar Orellana, directeur de la production.

Lors de ce massacre, qui s'est déroulé entre les 10 et 13 décembre 1981, les troupes du bataillon Atlacatl, aujourd'hui dissous, avaient abattu un millier de villageois, dont des enfants, des femmes, des personnes âgées et quelques hommes, soupçonnés d'apporter un appui à la rébellion, le Front Farabundo Marti de libération nationale (FMLN, marxiste).

Il s'agit de l'épisode le plus sanglant du conflit au Salvador, qui a fait 75.000 morts et 7.000 disparus, selon les chiffres officiels.

Après 12 ans de conflit, le FMLN avait été finalement vaincu par l'armée, alors soutenue par les Etats-Unis, ouvrant la voie à la signature d'accords de paix.

Le FMLN est au pouvoir depuis 2009 après s'être transformé en parti politique et avoir abandonné son credo marxiste.

Le massacre, nié par les militaires et par plusieurs gouvernements, a été révélé notamment grâce aux enquêtes menées par des journalistes américains.

El Mozote a été "un village totalement détruit (...) une chose terrible", avait écrit en 1981 le prêtre belgo-salvadorien Rogelio Ponselle, après avoir constaté l'étendue du massacre.

Une Commission vérité avait été créée en 1993 par les Nations unies afin d'enquêter sur les nombreux crimes commis par le commandant du bataillon Atlacatl, le colonel Domingo Monterrosa, et le chef des opérations Armando Azmitia, ainsi que six autres officiers.

Monterrosa et Azmitia sont morts à 5 kilomètres d'El Mozote le 23 octobre 1984 alors qu'ils se trouvaient à bord d'un hélicoptère saboté par la guérilla.

Samedi, le président Salvador Sanchez Ceren rendra un hommage aux victimes de ce massacre en inaugurant un monument en leur mémoire à El Mozote.

cmm/lb/juf/plh