NOUVELLES
07/12/2017 08:27 EST

Zimbabwe: l'ex-ministre des Finances remis en liberté

La justice du Zimbabwe a remis jeudi en liberté sous contrôle judiciaire l'ex-ministre des Finances Ignatius Chombo, qui avait été arrêté lors du coup de force de l'armée à l'origine de la chute le mois dernier du président Robert Mugabe.

Considéré comme un proche de l'ancienne Première dame Grace Mugabe, M. Chombo, qui a payé une caution de 5.000 dollars, reste poursuivi pour des faits de corruption, d'abus de pouvoir et de fraude remontant à 2004-2009.

"Tout citoyen de ce pays est présumé innocent jusqu'à ce qu'il soit condamné", a argué la juge Edith Mushore en rendant sa décision.

Au pouvoir depuis l'indépendance du Zimbabwe en 1980, Robert Mugabe, 93 ans, a démissionné le 21 novembre quelques jours après un coup de force de l'armée.

Les militaires lui reprochaient l'éviction du vice-président Emmerson Mnangagwa, qui barrait la route de sa succession à Grace Mugabe. M. Mnangagwa a assumé les fonctions de M. Mugabe jusqu'aux élections générales prévues courant 2018.

Ignatius Chombo est la première personnalité de l'ancien régime inculpée par la justice depuis la chute de l'ancien chef de l'Etat.

Lors de sa première comparution devant le tribunal, l'ex-ministre s'est plaint de mauvais traitements, affirmant notamment avoir été interrogé pendant huit jours par des inconnus avant d'être remis officiellement à la police.

La justice zimbabwéenne a également remis jeudi en liberté contre une caution de 500 dollars l'ancien chef de la Ligue des jeunes de la Zanu-PF, Kudzai Chipanga.

Il est poursuivi pour avoir "publié des déclarations qui portent préjudice" à l'Etat ou à l'armée.

Après la répression de l'ère Mugabe, M. Mnangagwa a promis une "nouvelle démocratie". L'opposition et la société civile en doutent toutefois, arguant que le nouvel homme fort du pays a longtemps été un dévoué serviteur de l'ancien régime.

rm-pa/thm