NOUVELLES
07/12/2017 08:02 EST

Brexit: Londres taxé d'incompétence par la Première ministre écossaise

La Première ministre écossaise a accusé jeudi le gouvernement britannique "d'incompétence" sur le dossier du Brexit, estimant que les difficultés rencontrées ces derniers jours dans les négociations avec Bruxelles étaient autant de preuves supplémentaires de la nécessité de rendre l'Écosse indépendante.

"Cette semaine, le gouvernement conservateur - ou à proprement parler l'alliance du Parti conservateur et du DUP - s'est montrée sournoise, menteuse et totalement incompétente", a déclaré Nicola Sturgeon devant les députés écossais à Edimbourg.

"Plutôt que d'avoir notre avenir entre nos mains, nous sommes à la merci du gouvernement conservateur. Nous devons reprendre le contrôle de notre destin, et le plus tôt sera le mieux", a-t-elle martelé.

Lundi à Bruxelles, la Première ministre britannique Theresa May semblait en mesure d'obtenir un accord sur les principales modalités du divorce d'avec l'UE, avant que son allié au Parlement, le parti nord-irlandais DUP, ne s'oppose au traitement particulier qui aurait été accordé à la province britannique d'Irlande du Nord pour éviter l'instauration d'une frontière avec la République d'Irlande voisine.

Avec dix députés à Westminster, le DUP, formation unioniste et ultra-conservatrice, est allié au Parti conservateur de Theresa May qui, seul, ne dispose plus de la majorité absolue à la Chambre des Communes depuis les législatives de juin.

Nicola Sturgeon a affirmé que sa priorité était de faire en sorte que le Royaume-Uni se maintienne dans le marché unique malgré le Brexit, ce que Londres a d'ores et déjà exclu.

Elle a lancé un appel au leader de l'opposition, le travailliste Jeremy Corbyn, estimant qu'il était possible d'obtenir une majorité sur ce point au Parlement de Westminster.

En juin 2016, l'Écosse avait voté pour le maintien dans l'UE à 62%. Lors d'un autre référendum, en 2014, les Écossais s'étaient aussi exprimés à 55% pour rester au sein du Royaume-Uni.

Depuis, Nicola Sturgeon, qui est également cheffe du parti indépendantiste SNP, a évoqué à plusieurs reprises la possibilité d'organiser un nouveau scrutin sur l'indépendance de l'Écosse.

apz/lpt