NOUVELLES
04/12/2017 03:13 EST | Actualisé 04/12/2017 03:23 EST

Malte: dix personnes sont arrêtées pour la mort de Daphne Caruana Galizia

LA VALLETTE, Malte — Dix personnes ont été arrêtées relativement au meurtre de la journaliste d'enquête Daphne Caruana Galizia, a annoncé lundi le premier ministre de l'île de Malte.

Mme Caruana Galizia a perdu la vie le 16 octobre quand sa voiture a été pulvérisée par une bombe puissante.

Le premier ministre Joseph Muscat a annoncé que huit citoyens maltais ont été arrêtés lundi matin en raison de «doutes raisonnables» quant à leur implication dans ce meurtre. Il a annoncé un peu plus tard sur Twitter l'arrestation de deux autres hommes, sans mentionner leur nationalité.

Des sources policières ont toutefois indiqué, sous le couvert de l'anonymat, qu'il s'agit également de Maltais.

M. Muscat n'a fourni pratiquement aucun détail, afin de ne pas nuire à l'enquête et à un éventuel procès.

L'enquête semblait d'ailleurs se poursuivre. Les forces de l'ordre ont bouclé lundi un secteur de Marsa, une petite ville située à proximité de la capitale, La Vallette.

Ces arrestations sont les premières en lien avec une affaire qui a suscité l'indignation et la colère à travers le monde. Les autorités disposent de 48 heures pour interroger les suspects et décider si des accusations seront ou non déposées.

Mme Caruana Galizia s'intéressait de très près à la corruption, au trafic de drogue et au crime organisé sur cette île méditerranéenne membre de l'Union européenne.

L'agence policière européenne Europol, la police fédérale américaine (le FBI) et des experts légistes néerlandais collaborent à l'enquête.

Malte est connue comme un paradis fiscal au sein de l'UE et elle attire des fonds et des compagnies de partout dans le monde. Des responsables, et notamment des enquêteurs antimafia de l'Italie voisine, craignent que l'île ne soit utilisée pour blanchir de l'argent.

La semaine dernière, des parlementaires européens qui ont visité Malte se sont inquiétés de la bonne gouvernance de l'île et ont prévenu que «la perception d'impunité à Malte ne peut plus durer».