NOUVELLES
04/12/2017 02:20 EST

GB/Irlande: quand le Brexit ressuscite les vieilles rancunes

Les négociations sur le Brexit, qui entrent dans une phase décisive lundi, ont entraîné une guerre des mots entre l'Irlande et le Royaume-Uni, où les pro-Brexit accusent leur voisin de se mettre en travers d'un accord.

Dublin a fait savoir qu'il ne donnerait pas son accord au passage aux discussions commerciales s'il n'obtient pas l'assurance de Londres qu'il n'y aura pas de frontière physique avec la province britannique d'Irlande du Nord après la sortie du Royaume-Uni de l'UE. Provoquant un torrent de réactions outrées au Royaume-Uni, aux relents parfois colonialistes.

"Le sud ferait mieux de ne pas la ramener", a réagi l'ancien Premier ministre nord-irlandais Peter Robinson sur sa page Facebook, reprochant aux responsables politiques irlandais de "faire la leçon au Royaume-Uni".

Le député européen du parti europhobe UKip Gerard Batten a lui tweeté: "Le Royaume-Uni menacé par l'Irlande. Un petit pays dont l'existence repose sur le Royaume-Uni" dont il faisait partie avant d'obtenir l'indépendance en 1921.

Ce commentaire condescendant a suscité des centaines de réponses indignées d'Irlandais qui s'inquiètent du développement d'un discours de haine sur les réseaux sociaux. Comme lorsqu'un internaute britannique tweete: "Ramenez Cromwell, il savait comment s'occuper des Irlandais", en référence à l'homme politique anglais, auteur d'une intervention militaire sanglante en Irlande au XVIIe siècle.

Dans la même veine, mi-novembre, le tabloïd The Sun avait appelé "le jeune et naïf Premier ministre (irlandais Leo Varadkar, ndlr) à fermer son clapet sur le Brexit et grandir un peu".

Le quotidien Telegraph a lui titré: "L'Irlande et l'UE doivent cesser d'utiliser la frontière comme bâton pour nous battre".

Ces déclarations sont "inquiétantes", estime Jennifer O'Connell dans le journal irlandais Irish Times, qui juge que "les efforts menés par les fervents partisans du Brexit pour faire de la question de la frontière un problème irlandais semblent payer".

Elle s'alarme en particulier une vidéo devenue virale de la chaîne anglaise Channel 4, dans laquelle on demande à des Britanniques de tracer la frontière entre les deux Irlande, avec un résultat souvent très approximatif.

Les personnes interrogées donnent ensuite leur sentiment sur les négociations du Brexit, et l'on peut voir notamment une dame âgée répondre que "les Irlandais ne font que créer des problèmes", avant d'ajouter "c'est un peu mesquin".

jla/oaa/roc

FACEBOOK