NOUVELLES
04/12/2017 12:29 EST | Actualisé 04/12/2017 12:44 EST

Commissaire aux langues officielles: Théberge au Sénat en soirée

OTTAWA — Le candidat choisi par Justin Trudeau pour occuper le poste de commissaire aux langues officielles répondra aux questions des sénateurs lundi soir.

Les sénateurs accueilleront Raymond Théberge, ce Franco-Manitobain dont la nomination a été officialisée jeudi dernier, à 19h.

Sa comparution devant la chambre haute risque d'être moins houleuse que celle à laquelle avait pris part la première candidate sur laquelle le gouvernement avait jeté son dévolu.

Les sénateurs, toutes allégeances confondues, avaient grillé Madeleine Meilleur, en juin dernier, consacrant une bonne partie de la séance à la questionner sur ses liens partisans avec les libéraux.

Le lendemain, face à la perspective bien réelle d'un blocage de sa nomination au Sénat, elle avait écrit à la ministre du Patrimoine canadien, Mélanie Joly, pour lui annoncer qu'elle rendait les armes.

Moins de 24 heures après ce passage à la chambre haute, le candidat à la succession de Graham Fraser se présentera devant le comité permanent des langues officielles.

Les députés auront devant eux un candidat moins controversé que Madeleine Meilleur, qui avait fourni des détails compromettants sur les rouages de sa sélection devant ce comité en mai dernier.

Le deuxième choix de Justin Trudeau a été mieux accueilli par l'opposition en Chambre, mais il n'a pas non plus été encensé.

Dans le camp du Nouveau Parti démocratique (NPD), on a encore reproché aux libéraux de n'avoir pas consulté les chefs de partis dans les règles de l'art.

Le député François Choquette a d'ailleurs signalé qu'il avait l'intention de déposer une nouvelle plainte auprès du Commissariat aux langues officielles (CLO).

Il l'avait fait dans le cas de Madeleine Meilleur, mais le chien de garde du Parlement avait refusé de se pencher sur l'affaire après la récusation de la candidate.

Les conservateurs ne sont pas du même avis que les néo-démocrates en ce qui a trait au processus de sélection libéral.

Le député Alupa Clarke considère en effet qu'il s'est fait «en bonne et due forme» et «selon l'esprit de la Loi (sur les langues officielles)».

Ce qui le chicote, c'est davantage le caractère de la personne sur qui le premier ministre a arrêté son choix.

«Les premières réactions que j'ai eues de groupes francophones, c'est que d'après eux, il ne serait pas nécessairement le type d'individu ayant le caractère nécessaire pour affronter le gouvernement, peu importe sa couleur», a-t-il avancé en entrevue à La Presse canadienne.

La ministre du Patrimoine canadien, Mélanie Joly, a réitéré lundi que le gouvernement de Justin Trudeau était très satisfait du processus du résultat.

Elle a balayé du revers de la main les critiques du NPD, plaidant avoir satisfait aux trois recommandations formulées par Thomas Mulcair, qui était alors chef de la formation, dans une lettre envoyée en juillet dernier.

La nomination de Raymond Théberge doit être entérinée à la Chambre des communes et au Sénat.