NOUVELLES
30/11/2017 21:01 EST

Wellington réexamine le bail immobilier de la star de NBC tombée en disgrâce

Les autorités neo-zélandaises ont annoncé vendredi qu'elles passaient au crible les incursions dans l'immobilier de Matt Laueur, vedette de la chaîne américaine NBC tombée en disgrâce en raison d'accusations de harcèlement sexuel.

Le présentateur a contracté cette année un bail immobilier pour une vaste propriété rurale près de la luxueuse station de ski de Queenstown, d'un montant estimé à environ 13,5 millions de dollars néo-zélandais (7,8 millions d'euros). La durée du contrat n'est pas connue.

Le régulateur néo-zélandais chargé des investissement étrangers a cependant expliqué que les investisseurs non néo-zélandais devaient avoir "une bonne moralité", une règle qui aurait été violée si les accusations portées contre Matt Lauer se révélaient fondées.

Autre facteur déterminant pour un investisseur immobilier étranger : Il doit s'agir "d'un personnage clé dans un secteur clé". Or, le journaliste vedette de 56 ans, accusé de harcèlement par une demi-douzaine de femmes, dont trois se sont plaintes directement à la chaîne, a été licencié.

"Le Bureau des investissements étrangers est au courant des accusations relatives à Matt Lauer et du fait qu'il ne travaille plus pour NBC News aux Etats-Unis", a dit Lisa Barrett, directrice adjointe de ce bureau dans un communiqué.

"Nous en discutons avec son représentant et cherchons à obtenir davantage d'informations".

Le présentateur immensément populaire aux Etats-Unis a depuis présenté ses excuses, se disant "gêné et honteux".

Plusieurs richissimes Américains ont investi dans l'immobilier en Nouvelle-Zélande ces dernières années, y compris le géant de la technologie Peter Thiel, le gourou de la finance William Foley et le réalisateur James Cameron.

Le magazine The New Yorker avait rapporté l'année dernière que l'archipel reculé était devenu un refuge pour les Américains fortunés redoutant l'apocalypse économique, environnementale ou politique avec la présidence de Donald Trump.

Mais le nouveau gouvernement de centre-gauche de Jacinda Ardern veut limiter les achats immobiliers par des étrangers, qui sont accusés de faire monter les prix et rendre la propriété inaccessible pour les Néo-Zélandais.

ns/mp/ev/ib