NOUVELLES
01/12/2017 10:03 EST

Nucléaire iranien: le revirement américain, mauvais signal pour la Corée du Nord (Lavrov)

Un éventuel revirement américain sur l'accord nucléaire iranien aura des conséquences désatreuses en Corée du Nord, a jugé vendredi à Rome le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov.

"Si les Etats-Unis abandonnent l'accord, ce ne sera pas très crédible aux yeux de ceux qui souhaitent renoncer à leurs programmes nucléaires, comme la Corée du Nord", a déclaré le ministre russe devant le colloque Rome MED, ouvert jeudi dans la capitale italienne.

"Quel exemple on donne au leader de la Corée du Nord, si les Etats-Unis renoncent à l'accord ? Il dira alors, même si j'obtiens un accord, que se passera-t-il quand le prochain président arrivera à la Maison Blanche ?", s'est-il encore interrogé.

Sans le dénoncer formellement, Donald Trump a refusé le 13 octobre de "certifier" le texte négocié pendant deux ans et conclu entre Téhéran et le groupe des 5+1 (Etats-Unis, Chine, Russie, France, Royaume-Uni et Allemagne) qui vise à empêcher Téhéran de se doter de l'arme atomique.

La balle est désormais dans le camp du Congrès, invité à durcir le texte par le président américain qui menace d'un retrait pur et simple des Etats-Unis si ses demandes ne sont pas satisfaites.

Le ministre iranien des Affaires étrangères, invité lui aussi à ce colloque, a également défendu cet accord qui n'est pourtant, a-t-il assuré, pas celui que l'Iran voulait au départ.

"C'est la beauté de cet accord", car il ne convenait totalement à aucun des signataires, a-t-il expliqué jeudi.

La chef de la diplomatie européenne Federica Mogherini a également fait part de son inquiétude face à la décision américaine.

"La préservation de cet accord dans la totalité de ce qu'il implique est une priorité majeure en matière de sécurité pour les pays de l'Union européenne", a-t-elle rappelé vendredi devant ce colloque.

ob/mr