NOUVELLES
01/12/2017 09:55 EST

Naval Group-Fincantieri proposent leur frégate au Canada

Le Français Naval Group (ex-DCNS) et l'Italien Fincantieri, qui étudient leur rapprochement, ont annoncé vendredi avoir proposé leur technologie à un chantier naval canadien pour un contrat de 15 frégates dont veut se doter le gouvernement du Canada.

Cette offre franco-italienne est basée sur le design de la frégate européenne multi-missions (Fremm) et répond aux besoins canadiens de se doter de navires de combat de surface aux standards de l'OTAN.

"Naval Group et Fincantieri, avec le plein soutien des gouvernements français et italien, vont unir leurs savoir-faire pour présenter au gouvernement canadien une solution +sur étagère+ déjà éprouvée en mer", selon le communiqué commun des deux industriels européens.

Pour le ministère canadien de la Défense, le projet porte sur "l'acquisition de 15 navires pour remplacer les destroyers et les frégates" existants pour "un coût estimé entre 56 et 60 milliards de dollars canadiens" (37 à 39 milliards d'euros).

Selon le quotidien National Post, les industriels européens ont offert de construire ces frégates pour 30 milliards de dollars, soit une sérieuse économie pour les contribuables canadiens.

"Si l'offre était acceptée, les futures frégates seraient construites au Canada chez Irving Shipbuilding" à Halifax, sur la côte atlantique, avec des délais relativement courts, ont indiqué Naval Group et Fincantieri.

Cela "garantira une participation maximale de l'industrie canadienne et la création d'emplois localement", ont-ils ajouté.

La proposition "audacieuse" de Naval Group et Fincantieri est osée, selon le National Post, et l'administration canadienne devrait s'y opposer même si une facture finale réduite de moitié place le gouvernement libéral de Justin Trudeau sous la pression de l'opinion publique.

L'offre franco-italienne vient compliquer le processus de décision d'un marché qui était promis à l'offre du Britannique BAE et de l'Américain Lockheed Martin à partir des frégates de type 26 (Global combat ship) de BAE pour la marine britannique, souligne le National Post.

Avec le retard pris sur le projet, le ministère canadien de la Défense prévoit maintenant un début de construction des navires "au début des années 2020".

dlm-mbr/jl/sha

NAVAL GROUP

Fincantieri

STX OFFSHORE & SHIPBUILDING