NOUVELLES
01/12/2017 11:07 EST

L'ONU demande à l'Iran des renseignements sur un missile tiré sur l'Arabie

Des experts de l'ONU ont demandé à l'Iran des renseignements sur des fragments d'un missile tiré le 4 novembre sur l'Arabie saoudite par des rebelles yéménites et suspecté être de fabrication iranienne, dans une lettre du 24 novembre à laquelle l'AFP a eu accès vendredi.

Adressée à la mission iranienne à l'ONU, cette lettre des experts chargés de vérifier que l'embargo sur les armes pesant sur le Yémen est bien respecté inclut des photos montrant un sigle sur des morceaux de métal, présumé correspondre à l'identification d'un industriel d'armement iranien.

Dans la missive, les experts expliquent s'être rendus en Arabie saoudite du 17 au 21 novembre pour inspecter des composants et des fragments de missiles balistiques de courte portée tirés le 19 mai, le 22 juillet, le 26 juillet et le 4 novembre par les rebelles yéménites houthis en direction du territoire saoudien.

Pour le tir du 4 novembre, des "composants incluent des restes d'éléments marqués d'un logo similaire à celui du Groupe industriel Shahid Bagheri", notent les experts dans leur lettre, en précisant que cette entreprise est une filiale de l'Organisation industrielle aérospatiale iranienne.

Les experts demandent en conséquence à l'Iran des renseignements sur "les spécifications complètes de ces composants" trouvés, "les types de missiles balistiques à courte portée avec lesquels ces composants seraient compatibles" et "des détails sur les individus et compagnies destinataires des exportations de la Shahid Bagheri - quantité exportée, numéros de série, noms et adresses des destinataires". Ils réclament aussi des "détails sur les paiements, les factures, afin d'aider à savoir qui se trouve derrière ces achats".

La lettre précise que les experts doivent rendre un rapport final d'ici fin décembre et demande que les réponses aux questions soient données au plus vite.

Au cours des derniers mois l'Arabie saoudite, à la tête d'une coalition arabe combattant les Houthis au Yémen, et les Etats-Unis ont à plusieurs reprises accusés l'Iran de soutenir militairement ces rebelles chiites. Outre l'embargo sur les armes décrété par l'ONU au Yémen, Téhéran est la cible d'une interdiction de ventes d'armement.

L'Iran a toujours démenti fournir des armes aux rebelles houthis. En début de semaine, le ministère iranien des Affaires étrangères a affirmé que "la République islamique d'Iran n'avait aucun lien militaire avec le Yémen", même si elle soutient politiquement les Houthis.

Jeudi, l'Arabie saoudite a annoncé avoir intercepté et détruit un nouveau missile tiré sur son territoire à partir du Yémen. Les rebelles Houthis ont assuré de leur côté que l'engin a "touché une cible militaire" sur le territoire saoudien.

prh/leo