NOUVELLES
01/12/2017 10:28 EST | Actualisé 01/12/2017 11:43 EST

HBC conclut une entente avec l'actionnaire activiste Land & Buildings

TORONTO — La Compagnie de la Baie d'Hudson a annoncé vendredi s'être entendue avec un actionnaire activiste pour que celui-ci cesse de s'opposer à un investissement de la société de financement par capitaux propres Rhône Capital dans le grand détaillant.

Land & Buildings Investment Management avait demandé, le mois dernier, à la Commission des valeurs mobilières de l'Ontario d'étudier la décision de la Bourse de Toronto d'approuver conditionnellement l'investissement de Rhône Capital.

En vertu de l'accord, si la Compagnie de la Baie d'Hudson (HBC) a besoin de mobiliser des fonds en émettant des titres qui déclencheraient le processus de protection de prix d'un an des actions privilégiées acquises par Rhône, elle le fera par l'entremise d'une émission de droits à tous ses actionnaires au pro rata, plutôt que par l'entremise d'un placement privé.

Land & Buildings a en outre accepté d'interrompre ses procédures contre l'entreprise jusqu'à l'assemblée annuelle des actionnaires de HBC de 2018.

Rhône Capital a accepté d'investir environ 632 millions $ dans HBC (TSX:HBC) sous la forme d'actions privilégiées obligatoirement convertibles en actions ordinaires après huit ans.

L'investissement a été annoncé dans le cadre d'une entente qui comprenait aussi la vente du magasin phare new-yorkais de Lord & Taylor, sis sur la cinquième avenue, à WeWork Property Advisors, une coentreprise entre WeWork et Rhône, pour près de 1,1 milliard $. L'entente prévoit aussi une alliance stratégique avec WeWork au sujet de futures transactions immobilières.

Rhône détiendra initialement une participation votante de 21,8 pour cent dans la société sur une base partiellement diluée. Cela pourrait croître jusqu'à 30,0 pour cent si les actions privilégiées sont détenues jusqu'à leur maturité de huit ans.

HBC et Land & Buildings sont pris dans une guerre de mots depuis quelques semaines. L'un et l'autre s'accusent de tromper les actionnaires au sujet de la vente de l'immeuble et de l'investissement connexe de Rhône.

Land & Buildings a notamment exhorté HBC d'envisager «sérieusement» une offre non sollicitée pour ses activités allemandes, présentée par Signa Holding, et a critiqué l'entente d'investissement de Rhône.

HBC s'attend maintenant à conclure l'entente avec Rhône la semaine prochaine.

Le directeur général de la Compagnie de la Baie d'Hudson, Richard Baker, a indiqué que l'entreprise continuerait à étudier son portefeuille immobilier dans le but de maximiser la valeur des actionnaires et les activités poursuivies du détaillant.

«Nous sommes impatients de nous engager avec Land & Buildings et nos autres actionnaires et de profiter de leurs avis constructifs», a-t-il affirmé.

De son côté, les dirigeants de Land & Buildings ont indiqué être «ravis et encouragés du fait que la direction et le conseil de HBC continuent à prendre des mesures pour monnayer ses actifs immobiliers de très grande valeur».