NOUVELLES
29/11/2017 16:29 EST | Actualisé 29/11/2017 21:23 EST

Washington menace de «détruire le régime nord-coréen» en cas de guerre

WASHINGTON — L'ambassadrice américaine auprès des Nations unies a affirmé mercredi que le plus récent tir par la Corée du Nord d'un missile balistique intercontinental — qui aurait la capacité d'atteindre l'est des États-Unis selon certains observateurs — «nous rapproche» d'une guerre que ne souhaitent pas les États-Unis.

Nikki Haley, prenant la parole lors d'une rencontre d'urgence du Conseil de sécurité des Nations unies, a déclaré que si d'autres gestes d'«agression» comme le tir de missile de mardi entraînent la guerre, «il va s'en dire que le régime de la Corée du Nord sera totalement détruit».

Mme Haley a affirmé que «le dictateur de la Corée du Nord avait pris une décision (mardi) qui nous rapproche de la guerre, plutôt que de nous en éloigner». «Nous n'avons jamais cherché la guerre avec la Corée du Nord, et encore aujourd'hui, nous ne cherchons pas à ce qu'elle se produise», a dit l'ambassadrice américaine.

Le président Donald Trump a écrit sur Twitter s'être entretenu avec le président chinois Xi Jinping concernant les «actions de provocation» de Pyongyang, et il a promis que des «sanctions additionnelles majeures» seraient imposées contre la Corée du Nord.

À la rencontre d'urgence du Conseil de sécurité, l'ambassadeur adjoint de la Chine auprès des Nations unies, Wu Haitao, a réitéré la proposition de la Chine et de la Russie d'une suspension par la Corée du Nord de tous ses essais de missiles pourvu que les États-Unis et la Corée du Sud cessent également tous leurs exercices militaires dans le secteur.

La Corée du Nord a tiré un missile balistique, tôt mercredi. Selon l'armée sud-coréenne, le missile a été tiré à partir d'un emplacement au nord de Pyongyang.

Le Pentagone a confirmé qu'il avait détecté et suivi le lancement du missile, qui serait semble-t-il un missile balistique intercontinental.

La Corée du Sud, alliée des États-Unis, a répliqué par trois tirs de missiles de plus courte portée.

Selon les autorités japonaises, le missile pourrait avoir pénétré dans la zone économique exclusive du pays dans la mer du Japon.

Il s'agit du premier tir nord-coréen depuis le 15 septembre, lorsque le régime de Kim Jong-un a tiré un missile balistique à portée intermédiaire.